Publicité

Le monde se dérobe sous les pieds de Worldline

Worldline a dégringolé après des prévisions décevantes. ©REUTERS

Les résultats d'entreprises ont rythmé les marchés d'actions. Wordline a bu la tasse en bourse après des prévisions décevantes selon les analystes.

"La BCE restera accommodante, mais vous avez toujours le risque qu'un message ou un mot puisse être mal compris ou mal interprété par le marché."
Roland Kaloyan
Analyste chez Société Générale

Les marchés d'actions ont de nouveau vécu au rythme des publications de résultats d'entreprises. Mais l'enthousiasme s'est tassé alors que les investisseurs sont restés sur leurs gardes avant la réunion de la Banque centrale européenne ce jeudi. "Après les hauts aussi forts que nous avons vus sur les indices, je ne suis pas surpris que nous voyions une sorte de répit, ce mercredi, avant la réunion de la BCE" a souligné Roland Kaloyan, responsable de la stratégie en actions européennes chez Société Générale. "La BCE restera accommodante, mais vous avez toujours le risque qu'un message ou un mot puisse être mal compris ou mal interprété par le marché", a-t-il ajouté.

Le Stoxx 600 a lâché 0,38%, pénalisé notamment par le recul des valeurs minières (-2,08%). Le secteur a vécu avec angoisse la possible intervention de la Chine pour juguler la hausse des prix des métaux. Les cours du cuivre et de l'aluminium ont chuté en raison des inquiétudes des investisseurs.

Toutefois, l'indice Stoxx 600 pourrait terminer le mois d'octobre sur un bilan positif, grâce à des résultats d'entreprises qui ont éclipsé les craintes sur l'inflation, la crise de l'énergie et une réponse des banques centrales. Les bénéfices des sociétés européennes devraient augmenter de 52% au troisième trimestre pour atteindre 99,8 milliards d'euros par rapport au même trimestre de l'année dernière, selon les dernières données de Refinitiv I/B/E/S, une amélioration depuis les prévisions de croissance de 47,6% de la semaine dernière.

"Les prévisions révisées de Worldline sont réalistes et conformes au consensus, mais les chiffres des services marchands sont décevants étant donné le contexte de croissance sous-jacente du marché."
Paul Kratz
Analyste chez Jefferies

Des sociétés ont toutefois déçu les attentes du marché, à l'image, ce mercredi, de Worldline, qui a glissé de 15,93% après des résultats sous les estimations des analystes. "Les prévisions révisées sont réalistes et conformes au consensus, mais les chiffres des services marchands sont décevants étant donné le contexte de croissance sous-jacente du marché", a relevé Paul Kratz, analyste chez Jefferies.

Deutsche Bank (-6,82%) et Kindred (-9,04%) ont aussi publié des chiffres sous les attentes des analystes.

Le brasseur Heineken a perdu 0,64% après des ventes affectées par un recul des exportations de bière en Asie, en raison de la pandémie de covid-19. Son volume de bières a chuté de 5,1% au troisième trimestre. Les déboires de la société n'ont pas pesé sur ses concurrents AB InBev (+0,05%) et Carlsberg (+0,23%), qui doivent publier leurs résultats ce jeudi.

En revanche, Scor (+12,22%) , ASM International (+6,17%), Sodexo (+5,35%) , Puma (+3,56%) et Seb (+12,28%) ont vu leurs actions bondir après des résultats supérieurs aux attentes.

Melexis boudé, KBC en recul

À la bourse de Bruxelles, KBC a lâché 0,52%, pénalisé par le recul de Deutsche Bank et Banco Santander, après leurs résultats. L'action a subi le repli généralisé du secteur bancaire européen (-1,24%).

Les deux biotechs de l'indice, argenx et Galapagos, ont perdu respectivement 2,2% et 1,71%. KBC et argenx, qui pèsent à eux deux près d'un quart du Bel 20, ont pesé sur l'indice qui a lâché 0,25%.

162,8
Millions d'euros
Melexis a publié un bon chiffre d'affaires qui n'a pas été applaudi par le marché.

Melexis a perdu 4,28% malgré un chiffre d’affaires de 162,8 millions d’euros, en hausse de 34% d’une année sur l’autre et dans le haut la fourchette de ses prévisions. 

Sur le marché élargi, Shurgard a glissé de 1,86% après une dégradation de recommandation chez Jefferies. L'analyste Andrew Gill a revu à "conserver" contre "acheter" son conseil sur l'action, après sa récente progression. En revanche, il a relevé son prix cible à 56 euros contre 54 euros précédemment.

Le résumé

  • Les résultats d'entreprises ont animé la séance. Ceux de Worldline, de Deutsche Bank et d'Heineken ont déçu les attentes.
  • Le secteur minier européen a été affecté par les craintes d'une intervention de la Chine sur les prix des métaux.
  • Le Stoxx 600 pourrait terminer le mois d'octobre sur un bilan positif.

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés