Le mot "bulle" se fait de plus en plus insistant à Wall Street

©AFP

Bank of America alerte à son tour les investisseurs: une bulle est en train de se former à la Bourse de New York. La question est de savoir quand elle va éclater...

Jusqu'où ira la course aux records de Wall Street? S'il est très difficile, voire impossible, de prédire précisément la durée du rally boursier actuel, de nombreuses voix s'élèvent pour appeler à la prudence. Après des investisseurs chevronnés comme Carl Icahn et Byron Wien début janvier, c'est au tour des stratégistes de Bank of America de tirer la sonnette d'alarme.

"Quand ceux qui veulent rester riches commencent à agir comme ceux qui veulent devenir riches, cela présage une envolée spéculative de fin de cycle."
Bank of America

L'imposant plan de relance décidé par le gouvernement américain "alimente une bulle des prix des actifs à Wall Street", préviennent-ils dans une note publiée ce vendredi. "Quand ceux qui veulent rester riches commencent à agir comme ceux qui veulent devenir riches, cela présage une envolée spéculative de fin de cycle." Ils estiment que les indices US devraient avoir atteint leur pic durant ce premier trimestre.

Pour mémoire, les actions américaines ont démarré 2021 sur les chapeaux de roue, enchaînant les records ces derniers jours. L'indice S&P 500 a déjà gagné plus de 2% depuis le début de l'année, et le Nasdaq a pris presque 5%. À titre de comparaison, le Stoxx Europe 600 grimpe de 2% en Europe.

Outre le début des campagnes de vaccination contre le coronavirus, les investisseurs saluent également la victoire des démocrates au Sénat, synonyme d'une relance fiscale de grande ampleur. Le président Joe Biden a d'ailleurs présenté son "American Rescue Plan" de 1.900 milliards de dollars la semaine dernière, qui doit être désormais validé par le Congrès dans les prochains jours.

Une correction "plus spectaculaire" que le rally?

Les stratégistes de Bank of America ne sont pas les seuls à s'être exprimés sur le sujet cette semaine. Autre figure des marchés financiers à s'attendre à un krach inévitable de Wall Street, Jeremy Grantham, célèbre investisseur britannique et cofondateur de la société de gestion d'actifs Grantham, Mayo et van Otterloo (GMO), estime qu'une partie des 1.900 milliards de dollars se retrouveront au final sur le marché actions.

"Quand on a atteint ce niveau de super-optimisme évident, la bulle s'est toujours, sans exception, brisée dans les mois suivants. Et non dans les quelques années suivantes."
Jeremy Grantham
Célèbre investisseur britannique

"Nous aurons encore quelques semaines d'entrées de liquidités pour mettre nos derniers jetons avant une correction encore plus spectaculaire", affirme-t-il dans une interview accordée à Bloomberg TV. "Quand on a atteint ce niveau de super-optimisme évident, la bulle s'est toujours, sans exception, brisée dans les mois suivants. Et non dans les quelques années suivantes."

Jeremy Grantham penche pour une chute des marchés telle que l'on a connue en 1929 ou 2000, lorsque le Nasdaq a plongé de près de 80% en 31 mois. Et à ceux qui affirment que la Réserve fédérale américaine sera toujours là pour amortir un quelconque choc, il rétorque: "Avec des taux historiquement bas, vous n’avez pas grand-chose à mettre sur la table, n'est-ce pas?"

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés