Le Nasdaq enfonce encore l'Europe (débriefing actions étrangères)

©EPA

Les marchés européens ont une nouvelle fois changé de tendance en cours de séance, pénalisés par la poursuite des prises de bénéfices sur les valeurs technologiques du Nasdaq.

Après un départ en mode majeur des places européennes, on pensait que l'Europe des marchés allait vite se remettre du trou d'air de la veille. Mais, comme jeudi, les investisseurs ont assisté à une douloureuse inversion de tendance sur le Vieux Continent, alors que le Nasdaq trébuchait une nouvelle fois sur ses valeurs technologiques.

La Bourse de Paris (-0,89%), son homologue allemande (-1,65%) et le FTSE londonien (-0,88%) ont creusé leurs pertes en fin de séance. La publication des chiffres mensuels sur l'emploi US meilleurs que prévu n'a pas permis aux indices européens de reprendre de la hauteur.

Le secteur bancaire, pour la seconde séance consécutive, a toutefois bien résisté. Commerzbank (+9,04%) était recherchée, tout comme ses concurrentes BNP Parisbas (+2,97%) ou encore Barclays (+1,25%).

À Madrid, c'était aussi la fiesta dans le compartiment bancaire. Caixabank et Bankia ont fait savoir qu'ils avaient l'intention de créer un nouvel ensemble détenant plus de 650 milliards d'euros d'actifs, soit tout simplement la plus grande banque d'Espagne. Les prémices de ce mariage ont fait s'envoler les titres Caixabank et Bankia de respectivement 12,37% et 32,88%.

Sur le marché parisien, c'est Renault qui était aux avant-postes. La nouvelle organisation du constructeur automobile, qui travaille désormais sur quatre marques et plus sur des zones géographiques, a fait mouche. L'action Renault a glané 4,46% après un gain de 3,22% la veille. La marque au losange reprend des couleurs sur les marchés. Son titre se situe à présent à 70% au-dessus de son point bas de l'année touché en mars dernier.

À Londres, les compagnies aériennes étaient en forme. IAG a survolé la cote avec un gain de 1,67%. Ryanair (+3,56%) n'était pas en reste. La compagnie à bas coûts a bénéficié d'une recommandation à l'achat de la part d'Oddo BHF. Ce dernier s'attend à ce que Ryanair puisse saisir rapidement les opportunités attendues lors de la consolidation du secteur.

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés