Le Nasdaq fait une pause dans sa course aux records

Depuis le début de l'année, le Nasdaq affiche un bond d'environ 15%. Son ratio cours/bénéfice a ainsi atteint 47,20, ce qui inquiète certains observateurs. ©REUTERS

Les valeurs technologiques accusent le coup ce mardi en Europe, imitant le net repli de leurs homologues américains. En cause, prises de bénéfices et mesures de confinement.

Trop haut, trop vite? Le Nasdaq, l'indice technologique de référence à la Bourse de New York, n'a visiblement plus assez de carburant pour inscrire un nouveau plus haut historique. Après avoir ouvert la séance de lundi avec un bond de 1,06%, il a finalement signé sa plus forte baisse depuis le 26 juin dernier en clôturant sur un repli de 2,13%. Tous les géants de la Silicon Valley ont également vu leur action tomber dans le rouge: Amazon a reculé de 3%, Apple de 0,46%, Alphabet (la maison mère de Google) de 1,97%, Facebook de 2,48% et Netflix de 4,23%.

+16,21%
action Tesla
Selon le site Robintrack.net, environ 40.000 comptes de la plateforme Robinhood ont acheté des actions Tesla en l'espace de quatre heures durant la séance de lundi. Contribuant ainsi à la flambée du titre en bourse.

Signe d'un brusque changement de tendance, l'action Tesla a gagné jusqu'à 16,21% avant de terminer sur une baisse de 3,08%. L'explication de la flambée en bourse du constructeur automobile est connue: quelque 40.000 comptes Robinhood ont acheté des titres Tesla en l'espace de 4 heures ce lundi, selon les données compilées par le site Robintrack.net.

Ils sont au final environ 457.000 utilisateurs de la plateforme à détenir des actions Tesla sous une forme ou une autre. Ce qui en fait le 10e titre le plus populaire sur Robinhood, devant Amazon.com Inc., qui est détenu par 358.000 utilisateurs.

Pandémie ou simples prises de bénéfices?

Voilà pour la tendance haussière durant la première partie de la séance. Mais pourquoi les grands indices américains ont changé de direction en milieu d'après-midi lundi pour finir globalement en territoire négatif? Plusieurs raisons sont avancées par les observateurs.

Premièrement, une vague classique de prises de bénéfices. Le Nasdaq avait clôturé vendredi sur un nouveau record, à 10.617,44 points. Ce qui représente un bond de 54,76% depuis son creux fin mars.

La Californie - l'un des États les plus touchés outre-Atlantique - a annoncé lundi la fermeture des bars et imposé aux restaurants et musées d'arrêter toute activité à l'intérieur.

Il est logique que certains investisseurs soient tentés de prendre une partie de leurs gains, d'autant que - et c'est la seconde explication - sur le plan sanitaire, la situation reste difficile aux États-Unis. Plus de 3 millions d'Américains ont été contaminés par le Covid-19, et plus de 130.000 décès ont été recensés jusqu'à présent.

La Californie - l'un des États les plus touchés outre-Atlantique - a annoncé lundi la fermeture des bars et imposé aux restaurants et musées d'arrêter toute activité à l'intérieur. Par ailleurs, la rentrée des classes prévue à Los Angeles et San Diego - les deux plus grands districts scolaires de la Californie - n'aura finalement pas lieu et les cours seront donnés uniquement en ligne. Ces mesures de confinement ont visiblement démoralisé les investisseurs puisque la tendance s'est progressivement inversée après ces annonces.

Une tendance négative qui a contaminé le compartiment technologique en Europe ce mardi. Il affiche d'ailleurs la plus forte baisse sectorielle de la séance. À titre d'exemple, Infineon Technologies , Logitech, STMicroelectronics et SAP perdent tous plus de 4%.

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés