Le pétrole soutient les marchés européens (Débriefing actions étrangères)

©EPA

Les décisions de l'Opep+ ont soutenu la progression des indices européens. La hausse des rendements obligataires a aussi permis aux banques de relever la tête.

Les investisseurs européens ont salué l'attitude des pays producteurs de pétrole qui ont promis une remontée lente et progressive de leur production de brut, ce qui va favoriser la hausse du prix du baril. Parallèlement à cela, la cote européenne a constaté en cours de séance que l'emploi américain battait de l'aile, une mauvaise nouvelle qui pourrait accélérer l'adoption d'un nouveau plan de relance de l'économie américaine.

Ces deux facteurs ont poussé à la prise de risques, ce qui a permis aux principaux indices boursiers en Europe d'avancer. Le CAC 40 a gagné 0,62%, assez pour repasser au-dessus des 5.600 points. Même tendance pour le Dax allemand (+0,35%). Le FTSE 100 de Londres (+0,92%) a aligné une quatrième séance de rang dans le vert.

Le secteur du pétrole et du gaz a signé la meilleure performance sectorielle du jour. Total (+3,36%) à Paris ou encore BP (+3,92%) et Shell (+3,45%) à Londres ont fait le plein.

Sur le marché parisien, Dassault Aviation (+4,70%) a fait des étincelles. Le constructeur aéronautique a signalé des des avancées dans les négociations avec l'Indonésie en vue d'une commande de 48 Rafale, un contrat estimé à cinq milliards d'euros par Credit Suisse.

Toujours dans les airs, l'Agence spatiale européenne a signé un contrat de près de 500 millions d'euros avec Thales Alenia Space, la société commune entre le groupe français Thales (+1,58%) et son homologue italien Leonardo (+3,32%). Le deal porte sur la fourniture du sixième satellite de nouvelle génération de son programme Copernicus d'observation de la Terre.

À Londres, les minières étaient bien orientées. Mention spéciale pour le groupe suisse Glencore qui a gonflé de 3,10% après l'annonce de son plan de succession pour remplacer l'actuel patron Ivan Glasenberg en poste depuis 2002. C'est en interne que le champion des matières premières a trouvé la perle rare. Il s'agit de Gary Nagle, directeur des activités de charbon du groupe.

Le laboratoire BioNTech a reculé de 2,49% à Francfort après la révision à la baisse des prévisions de production de ses vaccins mis au point avec Pfizer pour les prochaines semaines.

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés