Le secteur de la construction en vedette (débriefing actions européennes)

©AFP

Les marchés européens ont connu une séance positive ce jeudi, portés par un apaisement des tensions commerciales et politiques. En outre, la future présidente de la BCE a laissé la porte ouverte à une baisse des taux.

Les investisseurs retrouvent le sourire car plusieurs risques baissiers se sont dégonflés ce jeudi. D'abord, la Chine a laissé entendre qu'elle pourrait ne pas répliquer aux dernières surtaxes américaines sur ses produits; en Italie, le Premier ministre sortant Giuseppe Conte a accepté de former un gouvernement entre les sociaux-démocrates et le Mouvement 5 Étoiles. Enfin, Christine Lagarde, future présidente de la Banque centrale européenne (BCE), a indiqué que les taux directeurs n'avaient pas encore atteint leur point bas en zone euro.

En réaction, le Cac 40 a progressé de 1,51%, le Dax allemand de 1,18% et le Footsie britannique de 0,98%. L'indice Stoxx 600   a de son côté gagné 1,04%.

Le secteur de la construction a soutenu la tendance (+1,88%), grâce au bond de Bouygues (+6,75%). Le géant français du BTP et des télécoms a dégagé un chiffre d'affaires de 17,4 milliards d'euros au premier semestre, soit une hausse de 11% sur un an. Son bénéfice opérationnel courant a, lui, atteint 453 millions d'euros (+36%). "Les résultats du premier semestre sont au-dessus des attentes et les perspectives confirmées", résume Invest Securities. Bouygues a par ailleurs annoncé la nomination de Pascal Grangé comme directeur financier pour succéder à Philippe Marien qui part à la retraite.

Le titre Eurofins a pour sa part grimpé de 5,60% malgré une chute de 35% de son bénéfice net au premier semestre, à 58,9 millions d'euros. Le groupe de services d'analyses pour la pharmacie, l'agroalimentaire et l'environnement pointe cependant une cyberattaque subie en juin pour expliquer cette chute. Son chiffre d'affaires a par contre atteint 2,17 milliards d'euros (+24,3%) et son excédent brut d'exploitation 370,9 millions (+28,9%).

Dans le bas du tableau, Micro Focus a dégringolé de 32,40% à la Bourse de Londres. Le groupe informatique britannique a annoncé qu'il ne sera pas capable de tenir son objectif de ventes pour l'exercice annuel achevé fin octobre. Il prévoyait jusque-là une baisse comprise entre 4% et 6% de son chiffre d'affaires à change constant. Le repli attendu est désormais entre 6% et 8%. Par conséquent, Micro Focus prépare un vaste passage en revue de ses activités. Deux mauvaises nouvelles qui placent les investisseurs dans l'incertitude.


Publicité
Publicité

Messages sponsorisés