Le secteur technologique à l'aube d'une correction en bourse?

©AFP

Depuis plusieurs séances, les valeurs technologiques sont massivement délaissées par les investisseurs. Mais alors qu'on pointe comme cause la hausse de l'inflation, les taux stagnent. Explications.

Les marchés actions voient rouge depuis le début de la semaine. En particulier à Wall Street où l'indice S&P 500 - qui regroupe les 500 plus importantes sociétés cotées à la Bourse de New York - a ouvert la séance de mardi avec une baisse de 0,91% après avoir perdu 1,04% la veille. Une tendance qui s'est naturellement répercutée sur les autres places boursières: le Nikkei 225 de Tokyo a lâché 3,08%, tandis que sur le Vieux Continent, le Stoxx Europe 600 recule de 2%.

-6%
Le nasdaq bientôt en correction?
Depuis son pic du 26 avril, à 14.138,78 points, le Nasdaq Composite a déjà lâché 6,16%. Il faudrait qu'il tombe à environ 12.700 points pour entrer en correction.

L'origine de cette importante vague de prises de bénéfices est sans aucun doute le secteur technologique. Le Nasdaq Composite a chuté de 2,55% lundi avant de céder 2,13% à l'ouverture le lendemain. À noter que le Dow Jones, au caractère plus cyclique, a limité ses pertes à environ 0,80% sur les deux séances.

Cette chute des valeurs technologiques n'arrange pas du tout les affaires de Cathie Wood. La papesse de la techno et fondatrice de la société Ark Invest a vu son célèbre fonds négocié en bourse (Exchange Traded Fund ou ETF) "Ark Innovation" plonger de 5,2% en début de semaine pour retomber à son plus bas niveau en six mois. Il a ainsi dégringolé d'environ 35% depuis son pic de février. Sur les 58 valeurs suivies par l'ETF, seules cinq ont pour l'instant été épargnées par les ventes massives.

Le scénario de février se répète, mais pas à l'identique

Comment expliquer ce rejet des investisseurs pour leur ancien chouchou, le secteur techno? Comme nous l'écrivions lundi, la relance économique qui s'intensifie provoque une nette hausse des anticipations en termes d'inflation. Dans ce contexte, les actions d'entreprises de croissance telles que les valeurs technologiques, qui sont valorisées en fonction des flux de trésorerie futurs, voient augmenter leur prime de risque.

"La baisse des GAFAM est un mouvement précurseur d'une hausse des taux."
Jérôme van der Bruggen
Responsable des investissements chez Degroof Petercam

Certains observateurs pointent cependant une différence entre ce qui s'est passé durant le premier trimestre et aujourd'hui: les rendements obligataires ont stagné, voire légèrement baissé depuis deux mois. Le taux américain à 10 ans évolue désormais autour de 1,62% contre 1,74% fin mars.

Cela signifie-t-il que la situation actuelle n'a rien à voir avec celle observée en février? Selon Jérôme van der Bruggen, responsable des investissements chez Degroof Petercam, le processus de réflexion des investisseurs n'a pas changé, mais seulement son application. Alors qu'en début d'année, les craintes sur l'inflation avaient d'abord poussé les taux à la hausse avant de faire chuter les valeurs technos, les investisseurs ont aujourd'hui directement délaissé ce secteur. "La baisse des GAFAM est un mouvement précurseur d'une hausse des taux", estime le stratégiste.

"Buy the dip"

Il confirme que la chute des valeurs technologiques est liée aux pressions inflationnistes observées dans les résultats trimestriels publiés récemment par les sociétés cotées ainsi que dans le rapport sur l'emploi américain présenté vendredi. "Le marché pensait que la hausse des prix des matières premières serait temporaire. Or les cours continuent de grimper. De plus, le rapport sur l'emploi a montré des pressions sur les salaires aux États-Unis", souligne Jérôme van der Bruggen.

"Le secteur technologique devrait connaître une forte demande à long terme pour le 'cloud computing', l'e-commerce et la cybersécurité. Or les investisseurs sous-estiment cette montée de la demande pour les 2 à 3 prochaines années."
Wedbush

Reste à savoir si le mouvement a assez de carburant pour se poursuivre à court terme. Non, répondent la plupart des observateurs, qui évoquent une opportunité d'achat. D'après Wedbush, le secteur devrait connaître une forte demande à long terme pour le "cloud computing", l'e-commerce et la cybersécurité. "Les investisseurs sous-estiment cette montée de la demande pour les 2 à 3 prochaines années."

Le résumé

  • Une importante vague de prises de bénéfices a déferlé sur les marchés actions, plombant principalement le secteur technologique.
  • Même la papesse de la techno, Cathie Wood, est emportée dans le mouvement.
  • Pour Jérôme van der Bruggen, cette chute des GAFAM présage une nouvelle hausse des rendements obligataires.
  • La plupart des observateurs estiment cependant que la tendance sera de courte durée et parlent d'opportunités d'achat sur le secteur technologique.

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés