Le verre est à moitié plein pour Heineken

©EPA

Heineken a annoncé des résultats meilleurs qu’attendu. L’Afrique et l’Asie semblent apprécier tout particulièrement la bière néerlandaise. Mais l’entreprise doit réduire ses coûts de 2 milliards d’euros.

Lorsque Gerard Adriaan Heineken a racheté la brasserie "De Hooiberg" en 1864, ce jeune entrepreneur de 22 ans était loin de se douter que son entreprise deviendrait le deuxième brasseur au monde. Actif dans 190 des 195 pays que compte notre planète et propriétaire de 300 marques, Heineken n’est devancé que par le géant belge AB InBev . Par ailleurs, la lointaine descendante de Gerard, Charlène de Carvalho-Heineken, est de loin la plus riche citoyenne néerlandaise. Quote évalue sa fortune à 12,1 milliards d’euros.

168
millions d'euros
Malgré les circonstances, Heineken a réussi à engranger 168 millions d’euros de bénéfice net, soit 79% de plus que les 94 millions d’euros enregistrés au cours de la même période de l’an dernier.

Le secteur brassicole est une des industries les plus fortement touchées par la crise du coronavirus. Néanmoins, les chiffres de Heineken pour le premier trimestre 2021 sont plus élevés que les estimations des analystes. Heineken a vendu 50,3 millions d’hectolitres de bière, ce qui représente une baisse de 2,5% par rapport à l’an dernier et une dégradation moins grave qu’attendu.

Wim Hoste, analyste chez KBC Securities, se dit positivement surpris et s’attendait même à une baisse de 5%. Malgré les circonstances, l’entreprise a réussi à engranger 168 millions d’euros de bénéfice net, soit 79% de plus que les 94 millions d’euros enregistrés au cours de la même période de l’an dernier.

Afrique en soutien

Malgré la relative stabilité du chiffre d’affaires mondial, nous constatons d’importantes différences régionales en termes de volumes vendus. Sur le Vieux Continent, le brasseur a vendu 9,7% de bière en moins, ce qui est tout de même mieux que les estimations des analystes qui s’attendaient à un recul de 14,4%.

Sur le Vieux Continent, le brasseur a vendu 9,7% de bière en moins, ce qui est tout de même mieux que les estimations des analystes qui s’attendaient à un recul de 14,4%.

Cette diminution est compensée par des marchés émergents en Afrique et en Asie, qui affichent une hausse de respectivement 9,9 et 5,4% des ventes. Les ventes au Nigeria ont augmenté de 15% et celles de l’Afrique du Sud de 30%. "En Afrique du Sud, les ventes d’alcool étaient interdites pendant tout le mois de janvier et le long week-end de Pâques", explique Hoste. "Nous nous attendions donc à un recul de 30%."

Un défi de taille

Au Brésil, Heineken doit s’incliner face à son concurrent historique AB InBev. Les Néerlandais ont dû gérer des problèmes de stocks alors que les Belges ont enregistré une hausse de 10%. Mais dans l’ensemble, les résultats sont satisfaisants.

Les Amstellodamois se trouvent cependant confrontés à un sérieux défi: ils doivent économiser 2 milliards d’euros dans le courant de l’année. Ces économies s’inscrivent dans le cadre de leur projet EverGreen démarré au début de cette année. Les conséquences de ce projet devraient se faire sentir dans un avenir proche.

En bref

  • Capitalisation boursière: 55,2 milliards d’euros
  • Évolution du cours depuis le début de l’année: + 5,2%
  • Ratio cours/bénéfice: 29,7
  • Rendement brut du dividende: 0,9%

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés