Le verre reste à moitié plein en Europe (débriefing actions européennes)

©REUTERS

Le rallye boursier se poursuit timidement sur les marchés européens. L'incertitude autour de la pandémie reste toutefois la principale préoccupation.

Les principaux indices actions en Europe ont clôturé en petite hausse malgré la tendance baissière outre-Atlantique. "Les espoirs liés à l'arrivée d'un vaccin sont contrariés par le plan de relance américain" qui tarde à se concrétiser "et les craintes de l'impact du confinement" sur l'économie, a remarqué Joshua Mahony, analyste du courtier en ligne IG. "Toutefois, les ventes du commerce de détail au Royaume-Uni", un peu meilleures qu'attendu, "ont permis d'atténuer une partie de l'anxiété avant la période cruciale pour les détaillants", celle des fêtes de fin d'année.

Le CAC 40 a progressé de 0,39%, le DAX allemand de 0,39% et le Footsie britannique de 0,27%. L'indice Stoxx Europe 600 a pris 0,52%, porté par les secteurs des matières premières (+1,54%), de l'énergie (+1,53%) et des services à la collectivité (+1,11%).

À la Bourse de Francfort, Zalando a gagné 1,09%. Le spécialiste allemand du commerce en ligne a indiqué tabler sur une accélération de sa croissance l'an prochain. Car même s'il s'attend à ce que les vents favorables, causés par une deuxième vague d'infections au Covid-19, qui ont porté la demande disparaissent, les changements structurels tels que le passage des consommateurs des achats hors ligne aux achats en ligne et les ventes plus directes des marques devraient persister.

Le titre Metro a perdu -0,25%. Le milliardaire tchèque Daniel Kretinsky a annoncé vendredi détenir plus de 40% des droits de vote dans le capital du distributeur, ce qui lui permettra de peser fortement dans les décisions du groupe allemand.

À Paris, Europcar a gagné jusqu'à 19,56% avant de clôturer la séance sur une hausse de 1,83%. Selon le quotidien français Les Échos, une partie des créanciers du loueur de voitures seraient prêts à convertir un milliard d'euros de dette en échange du contrôle de 92 à 97% du capital. Le groupe entrevoit une "reprise" d'ici à 2023 qui devrait lui permettre de retrouver son chiffre d'affaires de 2019.

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés