Publicité

Les 5 actions préférées de Quirien Lemey

Quirien Lemey est cogestionnaire du fonds DPAM Invest B NEWGEMS Sustainable. ©RV-DOC

Quirien Lemey est cogestionnaire chez Degroof Petercam, en charge du fonds DPAM Invest B NEWGEMS Sustainable. Ses cinq actions préférées sont Hoya, Rohm, Alphabet, CyberArk et Jfrog.

1) Hoya

Hoya est une entreprise japonaise spécialisée dans des applications de haute technologie dans le domaine du verre optique. D’une part, elle est un acteur de premier plan sur le marché en croissance constante des verres pour lunettes, lentilles de contact ou intraoculaires (près de 40% du bénéfice d’exploitation). D’autre part, elle est de loin le leader du marché de l’utilisation croissante du verre optique dans le stockage de données et le transfert de schémas de circuits intégrés sur plaquettes au moyen de "mask blanks". Avec la transition vers la lithographie EUV (Extreme Ultra-Violet) et la réduction constante en nanomètres, l’utilisation de mask blanks en verre optique devrait augmenter de manière exponentielle et il deviendra de plus en plus difficile pour la concurrence de suivre Hoya.

Alphabet, la maison mère des géants Google et YouTube, peut être considérée comme une action "refuge" dans le secteur technologique, selon Quirien Lemey. ©REUTERS

2) Rohm

Avec les Jeux olympiques, le Japon est actuellement au cœur de l’attention. Une autre société japonaise qui mérite le détour est Rohm, qui est spécialisée dans les semi-conducteurs de puissance. L’entreprise fait partie des leaders du secteur des semi-conducteurs en carbure de silicium, qui peuvent augmenter la puissance des moteurs électriques. L’entreprise devrait ainsi profiter du succès croissant des véhicules électriques et surfer sur cette tendance au cours des années à venir. Elle possède des usines et des points de vente dans le monde entier. Elle peut être considérée comme un concurrent dans ce secteur de la société française STMicroelectronics (STM) ou de la société belge Melexis.

3) Alphabet

Alphabet est par sa valorisation boursière l’une des plus grandes sociétés au monde. Nous considérons la maison mère des géants Google et YouTube comme une action "refuge" dans le secteur technologique, avec une exposition significative au secteur des voyages. Ce secteur offre la possibilité de profiter de la réouverture de l’économie et du retour de nombreux voyageurs. Les investisseurs ont réagi très positivement aux résultats trimestriels du groupe cette semaine. Sur tous les fronts, Alphabet a largement dépassé les attentes des analystes. Les nouvelles réglementations continuent, par contre, à représenter un risque au niveau des investissements dans la big tech.

4) CyberArk

CyberArk est une société israélienne qui permet de s'exposer sur le secteur de la cybersécurité qui ne cesse de gagner en importance. ©PHOTOPQR/LA MONTAGNE/MAXPPP

Tout portefeuille axé sur le long terme devrait posséder une position dans la cybersécurité au vu de son importance croissante. Nous avons choisi à cet égard la société israélienne CyberArk . Il s’agit du principal acteur du segment "Privileged Access Management", qui aide les organisations à restreindre l’accès du personnel disposant d’importants privilèges. L’entreprise est aussi en pleine transition vers l’offre de ses produits via le cloud, au lieu des licences traditionnelles, ce qui, en cas de succès, pourrait se traduire par une revalorisation de l’action. CyberArk s’échange sur la bourse technologique américaine du Nasdaq. Sa capitalisation boursière est légèrement inférieure à 6 milliards de dollars.

5) Jfrog

Nous terminons avec une autre société israélienne et une des rares "nouvelles" sociétés de logiciels qui présente à la fois des chiffres de croissance et de rentabilité déjà très élevés. Jfrog est un leader dans le domaine des "liquid softwares", une tendance dans le domaine des DevOps. Concrètement, ce logiciel facilite les mises à jour et correctifs permanents au lieu des mises à jour classiques semestrielles ou annuelles. Jfrog s’est introduit au Nasdaq en septembre 2020 à 44 dollars l’action. La société a immédiatement reçu un accueil chaleureux à Wall Street et les investisseurs ont rapidement poussé l'action au-dessus de 90 dollars. Aujourd'hui, Jfrog se négocie en dessous de son prix d'introduction.

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés