Les ambitions électriques de VW font des étincelles en bourse

VW prévoit d’investir 46 milliards d’euros en cinq ans pour opérer son virage électrique. ©AFP

Le constructeur automobile allemand entend rattraper Tesla sur ce marché qu’il veut dominer "au plus tard" en 2025. Son titre a bondi dans la foulée de 29% pour renouer avec un plus haut en 13 ans.

Pour rattraper Tesla sur le marché des véhicules électriques, Volkswagen n’y va pas par quatre chemins. Le géant automobile allemand vise la vente d’un million de voitures électrifiées cette année, avec l’ambition de dominer ce marché dans moins de cinq ans. "Au plus tard en 2025, le groupe veut devenir leader mondial du marché de la mobilité électrique", peut-on lire dans un communiqué. D’ici 2030, il espère porter à 60% sa part de marché dans ce segment en Europe.

Une annonce qui n’a pas manqué de doper le cours de Volkswagen , qui a bondi jusqu’à 29% en milieu de journée pour renouer avec un sommet qui n’avait plus été atteint depuis début 2008, lors d’un "short squeeze" mémorable qui avait fait de VW la société la plus chère en bourse. Peu de temps après, à l'ouverture de Wall Street, l’action Tesla , elle, abandonnait environ 1%.

"Au plus tard en 2025, le groupe veut devenir leader mondial du marché de la mobilité électrique."
Volkswagen Group

Volkswagen prévoit d’investir pas moins de 46 milliards d’euros en cinq ans pour opérer ce virage électrique. Pour maintenir ses coûts sous contrôle et profiter d’économies d’échelle, le groupe mise sur une plus grande standardisation de ses technologies parmi les douze marques regroupées au sein de son empire. C’est également dans cette optique qu’a été annoncé ce dimanche un plan d’économies qui entraînera jusqu’à 5.000 suppressions d’emplois notamment à travers des départs anticipés à la retraite.

Apple v/s Samsung?

Lundi, à l’occasion d’un événement baptisé "Power Day", Volkswagen avait déjà annoncé qu’il comptait ouvrir d’ici 2030 six usines européennes de cellules de batteries, seul ou avec d’éventuels partenaires. Lors de cette annonce, son patron Herbert Diess n’a d’ailleurs pas hésité à s’approprier le terme de "gigafactories" popularisé par Elon Musk, l’emblématique CEO et fondateur de Tesla.

6
Le nombre d'usines de batteries qu'entend ouvrir Volkswagen en Europe d'ici 2030.

Plusieurs chantiers sont déjà en cours pour ce projet qui s’ajouterait à l’implantation de milliers de bornes de recharge en Europe. Avec son partenaire Northvolt en Suède, le groupe prévoit d’ouvrir dès 2023 un site pour les cellules et batteries "premium", utilisées dans les modèles haut de gamme, à l'opposé de cellules standardisées pour les autres modèles. Une deuxième usine est également prévue en Allemagne, à Salzgitter, une troisième "en Espagne, au Portugal ou en France" d'ici 2026, avant une autre en Europe de l'Est, "en République Tchèque, en Pologne ou en Slovaquie" en 2027.

Certains observateurs font déjà le parallèle avec la rivalité qui oppose Apple à Samsung. En tant que pionnier dans l’électrique comme la firme à la pomme l’était pour le smartphone, Tesla pourrait ainsi rapidement se faire dépasser sur le marché de masse par Volkswagen, dont la force de frappe rappelle celle du conglomérat sud-coréen.

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés