Les banques et le tourisme attaqués (Débriefing actions européennes)

©EPA

Outre les banques, les compagnies aériennes ont perdu beaucoup de terrain sur les marchés européens. Beaucoup craignent d'être à court de cash fin 2020.

Les banques ont plombé l'ambiance sur les marchés européens. Prises dans un tourbillon de révélations sur leurs agissements en matière de blanchiment d'argent, elles ont plongé l'ensemble des places boursières européennes dans l'ornière. Fait rare pour être souligné, l'ensemble des compartiments du Stoxx 600 et toutes les valeurs de l'Euro Stoxx 50 ont terminé dans le rouge.

ING, HSCB, Deutsche Bank ou encore BNP Paribas ont lâché entre 5% et 10% ce lundi.

La Bourse de Paris a ainsi perdu 3,74%, celle de Francfort 4,37% et à Londres le FTSE 100 a abandonné 3,38%.

Les investisseurs européens se sont aussi montrés méfiants sur les valeurs liées au secteur du tourisme alors que la pandémie de Covid-19 revient en force sur le Vieux Continent.

Le groupe aérien IAG a fondu de 11,97% à 97,32 livres sterling, portant sa dégringolade à plus de 60% depuis le début de l'année. La maison-mère des compagnies aériennes British Airways et Iberia s'inquiète toujours des restrictions qui pèsent sur son activité transatlantique. Un rapport commandé par IAG et d'autres entreprises britanniques chiffre le manque à gagné pour le Royaume-Uni à plus de 14 milliards de dollars. Dans le même temps, certains analystes se font du mouron pour la trésorerie des grandes compagnies aériennes. IAG, malgré les 2,74 milliards d'euros de capitaux levés la semaine dernière, pourrait être à court de cash d'ici l'été prochain si la situation ne s'améliore pas.

Problème identique pour le groupe Lufthansa. Il va encore réduire sa flotte et passer une charge de dépréciation de 1,1 milliard d'euros sur la valeur de ses appareils au troisième trimestre. Il faut dire que la compagnie qui détient notamment Brussels Airlines s'attend à n'utiliser que 20% à 30% de son potentiel au cours du quatrième trimestre alors qu'il anticipait jusque là une utilisation de l'ordre de 50%. Le titre Lufthansa a plongé de 9,46% à 7,79 euros.

Autre poids lourd du secteur du tourisme mal en point: le groupe d'hôtellerie InterContinental Hotels a perdu 4,76% sur le marché londonien.

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés