Publicité
Publicité

Les bourses mondiales méconnues: Riyad (5/8)

Lors de son introduction en bourse en 2019, le géant pétrolier Saudi Aramco était la première entreprise du monde avec une valorisation proche de 2 000 milliards de dollars. ©EPA

Longtemps marginalisée, la Bourse de Riyad ne doit son envergure internationale qu’à la présence de Saudi Aramco.

Les premiers échanges réalisés sur la Bourse saoudienne remontent à 1954. Jusqu’en 1980, elle demeure toutefois un marché informel avec à peine 14 actions cotées dans les années 70. Baptisée Tadawul en 2007, la Bourse de Ryad est désormais une des plus importantes du monde, figurant à la 12e place devant la Deutsche Boerse en 2020.

Saudi Aramco

Cette position dans le top mondial, le Tadawul la doit avant tout à Saudi Aramco qui représente plus de 70% de sa capitalisation totale. Lors de son introduction en Bourse en 2019, le géant pétrolier était la première entreprise du monde avec une valorisation proche de 2.000 milliards de dollars.

70%
Saudi Aramco qui représente plus de 70% de sa capitalisation totale de la Bourse de Riyad.

La compagnie veille sur les précieux gisements d’hydrocarbures d’Arabie saoudite, représentant environ 10% de l’offre mondiale de pétrole avec un coût de production extrêmement réduit de 3-4 dollars par baril. Cela n’a toutefois pas suffi à réellement séduire les investisseurs. Toujours largement majoritaires, les autorités saoudiennes gardent fermement le contrôle, notamment pour mettre en place les accords de réduction de production négociés au sein de l’OPEP+.

Dans la hiérarchie mondiale des entreprises, Saudi Aramco s’est ainsi fait dépasser par Apple et Microsoft malgré un dividende annuel record de 75 milliards de dollars pour l’ensemble de ses actionnaires.

Économie traditionnelle

Saudi Aramco n’est pourtant pas la principale action du MSCI Tadawul 30, la faible proportion de titres cotés (à peine 2% du capital) limitant sa pondération. Les principales entreprises de l’indice sont les banques Al Rajhi Bank – leader mondial de la finance islamique – et National Commercial, le groupe chimique SABIC et l’opérateur Saudi Telecom. Elles représentent la moitié de l’indice phare de la Bourse de Ryad, voire près de 60% en y ajoutant Saudi Aramco.

Bien que l’économie saoudienne soit extrêmement dépendante du pétrole, l’énergie ne représente directement que 9% de l’indice.

Parmi les autres valeurs, on trouve en grande partie des entreprises du secteur financier et de l’industrie des matériaux de base dont le poids total au sein du Tadawul 30 est de respectivement 46% et 25%. Bien que l’économie saoudienne soit extrêmement dépendante du pétrole, l’énergie ne représente directement que 9% de l’indice. Des secteurs comme les technologies, la santé ou les produits de consommation sont (quasiment) inexistants.

Comment y investir ?

Pour un investisseur belge, la principale porte vers les actions saoudiennes est d’opter pour un fonds indiciel, Invesco et iShares proposant un ETF sur l’indice MSCI Saudi Arabia, dont la composition est assez similaire au Tadawul 30.

En bref

> Quand? Les premiers échanges réalisés remontent à 1954.

> Combien? 210 entreprises cotées pour une capitalisation de 2 561 milliards de dollars.

> Indice de référence? Le MSCI Tadawul 30.

> Entreprises connues? L’entreprise la plus connue est de loin Saudi Aramco, premier groupe pétrolier mondial, devant SABIC et le leader de la finance islamique Al Rajhi.

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés