Publicité
analyse

Les Bourses remontent... Mais pourquoi?

©REUTERS

Depuis plusieurs mois, jamais les investisseurs n’avaient semblé aussi sereins qu'actuellement. Doit-on voir dans la remontée des marchés une prochaine embellie des économies?

Imperturbablement, les marchés boursiers poursuivent leur mouvement de rattrapage. On nous avait promis de la volatilité pour 2019. Jamais, depuis plusieurs mois, les investisseurs n’ont paru aussi sereins qu’actuellement.

Pourtant, des échéances importantes sont au programme des marchés la semaine prochaine. Des nouvelles sur la tenue des négociations commerciales entre la Chine et les États-Unis sont attendues, tandis que le parlement britannique se prononcera une fois encore sur le dossier du Brexit. 

De toute évidence, les investisseurs ne semblent pas craindre ces deux événements. Gare cependant à un éventuel retour de manivelle après les belles prestations enregistrées, entend-on dire dans les coulisses des marchés. 

L’Ifo au plancher ?

Mais comment justifier la forme retrouvée des marchés? En fait, les investisseurs se demandent si l’économie européenne n’a pas enfin touché un creux. Les patrons allemands affichent un moral certes plus dégradé encore qu’il y a un mois (selon l'indice Ifo), certes. Mais si leurs attentes pour les mois à venir restent peu emballantes, on ne peut toutefois manquer de constater que la composante de l’indice Ifo qui les représente est revenue sur ses plus bas niveaux qu'il a touchés à 3 reprises depuis 2010. Et à chaque fois qu'une telle configuration se présentait, l'Ifo remontait ensuite la pente.  

La remontée des Bourses depuis le début de cette année pourrait bien tout simplement signifier que non seulement le pire est passé sur le front de la croissance économique en Europe, mais aussi qu'on peut même entrevoir une prochaine légère embellie de la croissance.

En attendant, l’indice Stoxx 600 engrangeait encore un gain de 0,66% ce vendredi à mi-journée pour revenir à 358 points. Il porte son avance à 6% depuis la fin de 2018.  Malmené ces derniers mois, le DAX 30 de la Bourse de Francfort est celui en Europe qui "profite" le plus des indices Ifo.  À Paris, le CAC 40 remonte aussi. À Bruxelles, le Bel 20  monte de 1,2%. Il totalise une progression de plus de 7% depuis le début de ce mois!

Sur le front des valeurs, et c’est encore une observation encourageante, les cycliques sont les plus recherchées. Elles gagnent entre 1,6% (construction) et 2,3% (ressources de base) en moyenne.

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés