Les bourses voient le verre à moitié plein (débriefing actions européennes)

Les investisseurs ont préféré se concentrer sur les résultats d'entreprises qui vont animer les prochaines séances. ©AFP

Le secteur des ressources de base a fortement progressé sur des espoirs de relance. Les valeurs pharmaceutiques ont profité des espoirs d'un vaccin contre le Covid-19.

Les bourses européennes ont préféré l'optimisme face aux nouvelles inquiétantes sur le front des contaminations au coronavirus. Les intervenants de marché ont continué de voir le verre à moitié plein pour débuter une semaine qui sera riche en indicateurs économiques et verra tomber les premiers résultats des entreprises américaines au deuxième trimestre. Ils privilégient toujours les annonces encourageantes comme celles de Gilead Sciences sur son traitement expérimental remdesivir.

À Paris, le CAC 40 a pris 1,73%. À Francfort, le DAX a gagné 1,32% et à Londres, le FTSE 100 a progressé de 1,35%. L'EuroStoxx 50 de la zone euro a avancé de 1,63% et le Stoxx 600 de 1%.

Tous les indices sectoriels européens ont terminé dans le vert, à commencer par celui des ressources de base (+1,73%), qui a profité des espoirs de redressement en Chine et de la hausse des cours des métaux industriels. Soutenues par les espoirs d'un vaccin, les valeurs pharmaceutiques ont été en hausse, à l'instar d'AstraZeneca (+0,74%) et GlaxoSmithKline (+1,42% )

Du côté du CAC 40, les plus fortes progressions ont été signées par ArcelorMittal et Safran qui ont pris respectivement 4,03% et 4,87%.

Akzo Nobel a avancé de 4,53%. Le groupe néerlandais de peintures et de revêtements a annoncé que la baisse de ses ventes s'était atténuée en juin avec la levée progressive des mesures de confinement.

Contre la tendance à Paris, Ubisoft (-4,58%) a accusé l'une des plus fortes baisses du Stoxx 600 après le départ de plusieurs cadres de l'éditeur de jeux vidéo face aux révélations dans la presse de l'existence d'une culture interne toxique envers les femmes et de comportements relevant du harcèlement sexuel.

À Milan, Atlantia a chuté de 15,19%. Le Président du Conseil italien Giuseppe Conte a jugé insuffisante la proposition du groupe d'infrastructures de céder le contrôle de sa filiale d'autoroutes Autostrade per l'Italia afin de régler un conflit de longue date avec le gouvernement.

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés