Publicité

Les casinos de Macao à leur tour dans le viseur de Pékin

Le Casino Lisboa à Macao, exploité par SJM Holdings, l'un des six opérateurs sous licence dans la ville. ©REUTERS

Les actions des opérateurs de casinos à Macao subissent de plein fouet les nouvelles velléités de contrôle des autorités chinoises. En une séance, leur valeur a fondu de plus de 18 milliards de dollars à la Bourse de Hong Kong.

Après le secteur technologique, celui de l’éducation, du jeu vidéo ou encore de l’immobilier, c’est à présent sur les casinos de Macao que Pékin a décidé de resserrer son emprise. Le gouvernement local de cette région semi-autonome a annoncé le lancement dès ce mercredi d’une consultation publique de 45 jours sur une série de propositions visant à accroître la surveillance de ce secteur.

Il est notamment question de placer des représentants des autorités dans les conseils d’administration de chacun des six exploitants qui détiennent une licence dans cette ville surnommée le "Las Vegas de la Chine". Le renouvellement de leurs licences, qui expirent en juin 2022, est également mentionné, de même qu’un accroissement des droits de vote des actionnaires locaux ou de la redistribution des bénéfices à leur égard.

Hémorragie boursière

La nouvelle n’a évidemment pas manqué de faire son effet à la Bourse de Hong Kong, où sont cotés ces six opérateurs de casino.

18,4
milliards de dollars
La perte de valeur des opérateurs de casinos à la Bourse de Hong Kong ce mercredi.

Sands China a été la plus touchée avec une chute d’un tiers de sa valeur, alors que Wynn Macau, Melco Entertainment, SJM Holdings, MGM China et Galaxy Entertainement ont accusé des baisses allant de 20 à 25% dans la foulée. Au total, ce sont 18,4 milliards de dollars qui se sont évaporés de leur capitalisation boursière. À Wall Street, où plusieurs de ces acteurs majoritairement occidentaux sont également cotés, les actions Las Vegas Sands, Wynn Resorts ou MGM Resorts International étaient également très mal orientées dans les premiers échanges suivant l'ouverture.

Déjà sous surveillance

Cette réaction forte des marchés est évidemment liée aux multiples tours de vis de Pékin à l’égard de toute une série de secteurs qui ont depuis largement accusé le coup en bourse. Des tours de vis dictés par le nouveau mantra des autorités chinoises en faveur de la "prospérité commune". Les casinos de Macao étaient pourtant déjà dans leur ligne de mire bien avant ces nouvelles annonces.

Le régime communiste chinois voit en effet depuis longtemps le secteur d’un mauvais œil, s’inquiétant notamment des effets d’addiction au jeu au sein de sa population.

Le régime communiste chinois voit en effet depuis longtemps le secteur d’un mauvais œil, s’inquiétant notamment des effets d’addiction au jeu au sein de sa population. Des mesures avaient ainsi déjà été prises ces dernières années afin notamment de s’attaquer aux transferts illégaux de capitaux vers Macao, qui est la seule ville en Chine où le jeu d’argent est autorisé. De leur côté, les exploitants de casinos ont tenté de montrer patte blanche en renforçant leurs mécanismes de gouvernance, tout en diversifiant leurs activités à d’autres segments que le jeu proprement dit.

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés