Les faiblesses de Tesla mises en lumière par Michael Burry

Michael Burry, un short seller, parie sur une baisse du titre Tesla. ©AFP

Un short seller met en cause les gains provisoires du constructeur automobile. Des analystes s'inquiètent sur les ventes du groupe. D'autres sont plus optimistes.

Tesla est devenu la cible d'un short seller célèbre. Michael Burry, un gestionnaire de fonds connu pour avoir parié contre les crédits subprime au moment de la crise financière, a misé sur une baisse de l'action du constructeur automobile.

883,09
Dollars
L'action a touché un record le 26 janvier. Depuis, elle a perdu 35%.

Il estime que la valorisation de la société est trop élevée. Il n'est pas seul à penser de la sorte, car depuis le mois de février, le titre a connu une chute importante en raison des inquiétudes des investisseurs sur la valorisation du groupe. Après son record de 883,09 dollars atteint le 26 janvier, l'action a perdu 35%.

Michael Burry s'interroge aussi sur la dépendance des crédits carbone du fabricant de voitures électriques. Ces crédits sont accordés par les gouvernements aux sociétés automobiles qui fabriquent des véhicules électriques ou des voitures à faible émission de carbone. Ils peuvent être vendus par leurs bénéficiaires à d'autres constructeurs automobiles.

Tesla a notamment vendu à Stellantis pour 2 milliards d'euros de crédits carbone entre 2019 et 2021 selon Reuters. Le produit de ces ventes a soutenu les résultats du groupe d'Elon Musk ces derniers trimestres.

Michael Burry estime que ces crédits carbone devraient s'estomper pour Tesla, car les autres constructeurs automobiles, comme Stellantis, misent gros sur les véhicules électriques, et peuvent désormais se passer de racheter les crédits carbone de Tesla.

La concurrence s'intensifie

Les investisseurs ont noté les changements récents chez les constructeurs automobiles européens, en particulier en Allemagne.

Volkwagen veut dominer le marché des véhicules électriques d'ici 2025.

Volkswagen, Daimler et BMW ont bondi respectivement de 40%, 30% et 18% depuis le début de l'année, propulsés par leur stratégie renforcée dans les véhicules électriques. Volkswagen, en particulier, a dévoilé en mars son plan de vendre en 2021 un million de voitures électrifiées et de dominer le marché d'ici à 2025. Le groupe a indiqué vouloir investir 46 milliards d'euros en cinq ans dans son virage électrique. Il veut notamment ouvrir six usines géantes de batteries en Europe. Depuis cette annonce, le titre n'a cessé de progresser.

De son côté, BMW a indiqué viser deux millions de voitures entièrement électriques sur les routes d'ici à 2025.

Un problème chinois

Tesla par contre a suscité des questions après ses résultats trimestriels récemment. Car le groupe n'a pas donné d'indications sur ses prévisions de ventes. Cela a inquiété les investisseurs, car les ventes de la société, en particulier en Chine, se sont montrées décevantes. Des analystes ont noté que la fermeture de l'usine du groupe à Shanghai pendant plusieurs semaines au premier trimestre a freiné la production et les ventes de la Model Y en Chine. Chez Baird, l'analyste Ben Kallo note que les faibles ventes en avril de Tesla dans le pays s'expliquent par cette fermeture. Il a aussi remarqué que les inquiétudes du marché sur les recommandations du gouvernement chinois qui a appelé sa population à ne plus acheter de Tesla en raison de la collecte des données des clients de la société restent mineures, car depuis le groupe a offert une solution.

Chez Morgan Stanley, l'analyste Adam Jones souligne que les attentes pour les ventes de Tesla en Chine ont été trop optimistes.

Chez Morgan Stanley, l'analyste Adam Jones souligne que les attentes pour les ventes de Tesla en Chine ont été trop optimistes. Il s'attend à ce que les investisseurs s'inquiètent davantage des ventes du groupe dans le pays. Pourtant, il estime qu'une opportunité se présente pour l'action. Il a mis son prix cible à 900 dollars pour le titre.

D'autres analystes ont placé la barre beaucoup plus bas. Chez JPMorgan, le prix cible a été fixé à 155 dollars.

Le résumé

  • Michael Burry, un célèbre investisseur, parie sur une baisse du titre Tesla.
  • Le gestionnaire estime que le groupe ne devrait plus profiter très longtemps des crédits carbone.
  • La concurrence sur les véhicules électriques s'intensifie, en particulier en Europe.
  • Des ventes décevantes de Tesla en Chine inquiètent les investisseurs.

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés