Les investisseurs sur la défensive (débriefing actions européennes)

©REUTERS

Les marchés européens ont opté pour la prudence avant le premier débat télévisé entre les deux candidats à la Maison-Blanche. Parmi les valeurs en hausse, Tarkett a gagné près de 30% à Paris.

Les principaux indices actions en Europe ont marqué le pas ce mardi, au lendemain d'un important rebond. Tous les regards étaient tournés outre-Atlantique. "Les investisseurs se sont montrés hésitants et ont évité de prendre des risques avant le débat présidentiel" entre Donald Trump et Joe Biden, souligne Joshua Mahony, analyste chez IG.

Le CAC 40 a reculé de 0,23%, le DAX allemand de 0,35% et le Footsie britannique de 0,51%. L'indice paneuropéen Stoxx Europe 600 a de son côté lâché 0,46%. Les secteurs cycliques ont été à la peine: l'indice Stoxx des banques a perdu 2,22%, celui des loisirs 1,3% et celui de l'automobile 0,78%.

Le titre Tarkett s'est envolé de 27,93% à la Bourse de Paris. Le groupe a annoncé anticiper des résultats annuels supérieurs aux attentes compte tenu des niveaux actuels d'activité et du rythme de réduction des coûts depuis le début du troisième trimestre. Il s'attend désormais à ce que la rentabilité au troisième trimestre soit préservée avec une marge d'ebitda ajusté supérieure à celle de l'année dernière (12,7% des ventes au T3 2019).

La saga Veolia (+0,25%) vs Suez (+1,84%) continue. Engie (-1,14%) considère que le projet de rachat de Suez porté par Veolia est "solide" sur le plan industriel et prévoit de se prononcer mercredi sur la première étape de cette opération, a déclaré le président du conseil d'administration de l'énergéticien, Jean-Pierre Clamadieu. Le fonds Amber, actionnaire de Suez mais aussi d'Engie, se dit de son côté favorable à l'offre de Veolia, qui constitue une "opportunité unique (...) qu'il est urgent de saisir".

À Helsinki, Nokia a pris 1,77%. Le groupe finlandais a conclu un accord avec BT (-2,43%), le plus grand opérateur britannique de téléphonie mobile, pour lui fournir des équipements 5G. L'accord, qui fera de Nokia le plus grand fournisseur de matériel de BT, intervient peu de temps après que la Grande-Bretagne a banni les équipements du groupe chinois Huawei pour son réseau télécoms 5G. Le montant du contrat n'a pas été divulgué.

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés