Les résultats des banques américaines, coup de sonde de l’économie US

JPMorgan et Citigroup publient ce mardi leurs résultats du troisième trimestre. ©AFP

Les banques américaines JPMorgan et Citigroup vont ouvrir la saison des résultats du troisième trimestre ce mardi. Les analystes se montrent optimistes.

Les banques américaines vont ouvrir la saison des résultats du troisième trimestre cette semaine. Ce mardi, JPMorgan Chase et Citigroup seront les premières institutions du secteur à publier leurs résultats. Mercredi, ce sera au tour de Goldman Sachs, Bank of America et Wells Fargo. Jeudi, les investisseurs attendent les chiffres de Morgan Stanley.

Les banques ont subi un coup provisoire dont le point bas a été atteint sans doute au deuxième trimestre.
Mike Mayo
Analyste chez Wells Fargo

Ces résultats sont particulièrement attendus car les investisseurs espèrent y déceler une amélioration de l'économie américaine, que semble indiquer la courbe des taux obligataire outre-Atlantique. Les attentes du marché sont optimistes pour la plupart des banques.

Des pertes couvertes

Selon un sondage effectué par FactSet auprès d'analystes, ceux-ci prévoient un rebond des bénéfices par action pour JPMorgan Chase, Citigroup, Wells Fargo et Bank of America. Mais d'après la société de données financières Refinitiv, JPMorgan et Citigroup devraient annoncer un recul de 19% en moyenne de leurs bénéfices au troisième trimestre.

Toutefois, après deux trimestres de provisions pour des crédits non-performants, les banques américaines devraient avoir couvert potentiellement toutes leurs pertes de prêts, montrent les attentes.

"Les banques font preuve d'une bonne santé fondamentale", a noté Mike Mayo, un analyste chez Wells Fargo. "Elles ont subi un coup provisoire dont le point bas a été atteint sans doute au deuxième trimestre", ajoute-t-il.

"En l'absence d'un vaccin miracle, il semble que Goldman Sachs n'atteindra pas ses objectifs."
David Hendler
Analyste chez Viola Risk Advisors

Goldman Sachs et Morgan Stanley touchés

Les résultats de Goldman Sachs et de Morgan Stanley suscitent, quant à eux, un peu de méfiance sur les marchés. Du côté de Goldman Sachs, la banque a opéré une refonte délicate de son modèle économique. En janvier, elle avait présenté un projet pour améliorer la rentabilité de ses fonds propres et baisser ses coûts. Elle a mis l'accent sur sa gestion de patrimoine et les crédits à la consommation. Mais la pandémie a freiné l'arrivée de nouveaux clients et diminué la demande de crédit.

"En l'absence d'un vaccin miracle, il semble que Goldman Sachs n'atteindra pas ses objectifs", a déclaré David Hendler, analyste chez Viola Risk Advisors. "Ils sont en retard dans la gestion de patrimoine et ils sont en retard sur le crédit à la consommation." Toutefois, selon plusieurs sources proches du dossier, la banque n'annoncera pas, mercredi, une baisse de ses perspectives de bénéfices. Elle révisera ses objectifs en janvier 2021, un an après avoir présenté son nouveau modèle économique, selon ces sources.

-70%
Les banques américaines ont souffert au deuxième trimestre, avec un recul de 70% de leurs bénéfices par rapport à la même période en 2019.

Goldman Sachs et Morgan Stanley, qui comptent davantage sur leurs activités de banque d'investissement et de trading, devraient enregistrer une baisse du bénéfice par action au deuxième trimestre, selon FactSet. Ces deux activités ne devraient pas, en effet, atteindre leur niveau élevé du deuxième trimestre, marqué par une forte volatilité sur les marchés et des volumes élevés de transactions.

Mauvaises performances boursières

Depuis le début de l'année, les actions des banques américaines sous-performent le reste du marché. L'indice KBW Nasdaq Bank affiche un recul de 30% depuis janvier, contre un gain de 7,6% pour le S&P 500. Il faut dire que les banques américaines ont souffert au deuxième trimestre, avec un recul de 70% de leurs bénéfices par rapport à la même période en 2019.

Par ailleurs, la persistance des taux d'intérêt au plancher continue de ronger leurs bénéfices car elles tirent moins de revenus de leur activité de prêt. Les banques doivent aussi faire face à une hausse de leurs coûts en raison de leur aide aux employés et aux ménages. Elles commencent d'ailleurs à licencier du personnel pour réduire leurs coûts.

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés