Les statistiques et les résultats inquiètent (débriefing actions européennes)

©REUTERS

Les marchés européens ont mal digéré des indicateurs conjoncturels inquiétants et des résultats d'entreprises préoccupants. C'est la pire séance depuis fin juin.

La séance boursière de jeudi a été très morose en Europe. Les investisseurs ont réduit leur exposition aux actions après la publication d'une chute de 10,1% du PIB (produit intérieur brut) en Allemagne au deuxième trimestre, alors que les économistes tablaient sur une baisse de 9%. Les résultats d'entreprises ont aussi réservé leur lot de mauvaises surprises. Les actions européennes ont subi leur pire baisse en plus d'un mois. En clôture, le Cac 40 a perdu 2,13%, le Dax a cédé 3,45% et le FTSE 100 a reculé de 2,31%.

Les autres indicateurs conjoncturels du jour ont confirmé la très mauvaise passe dans laquelle se trouve l'économie mondiale, le PIB des Etats-Unis ayant plongé de 32,9% au deuxième trimestre, tandis que les inscriptions au chômage de la semaine dernière ont augmenté de 12.000 unités, ce qui laisse craindre que la propagation du virus outre-Atlantique affecte sérieusement la reprise de l'économie.

Pour ne rien arranger, plusieurs entreprises ont déçu les attentes en publiant leurs chiffres du deuxième trimestre. Ainsi, Volkswagen a vu son action chuter de 6,13% après avoir annoncé une baisse de son dividende à 4,80 euros par action ordinaire, contre 6,50 euros prévus auparavant.

Hermès a perdu 3,40% après avoir annoncé un plongeon de plus de 40% de son chiffre d'affaires au deuxième trimestre. Les prévisions des dirigeants du groupe de luxe ont déçu les analystes. Hermès estime qu'il est difficile d'évaluer l'effet de la crise sanitaire et juge que la situation reste compliquée en Europe et aux Etats-Unis, même si une reprise est observée en Asie.

Renault a plongé de 9,26% après avoir annoncé une perte de 7,3 milliards d'euros au premier semestre, non seulement à cause de la crise mais aussi parce que la marque Nissan a rencontré des difficultés.

Danone a abandonné 5,38%. Le groupe spécialisé dans l'alimentation a vu ses ventes baisser plus que prévu d'avril à juin. Il s'attend à voir la crise peser sur ses résultats durant le reste de l'année.

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés