Publicité

Les ventes déprimées de Volkswagen inquiètent le marché

Volkswagen a connu des faiblesses dans ses segments clés, ont pointé les analystes. ©REUTERS

Volkswagen a fait partie des sociétés sanctionnées en bourse après leurs résultats ce jeudi. Les analystes ont pointé une faiblesse dans ses segments clés.

Les marchés d'actions ont digéré l'importante salve de résultats d'entreprises et la réunion de la Banque centrale européenne en ce jeudi particulièrement chargé en événements. Le Stoxx 600 a terminé sur une légère avancée de 0,16%. Les inquiétudes autour de l'inflation, alors que la présidente de la BCE a indiqué que les pressions haussières sur les prix dureront plus longtemps que prévu, ont été tempérées par des chiffres financiers d'entreprises qui ont évité l'impact de celles-ci.

"Cela aurait dû être un grand trimestre pour Shell vu l'envolée des prix du gaz et pétrole ces derniers mois. Malheureusement il a manqué les prévisions des analystes."
Russ Mould
Analyste chez AJ Bell

Parmi les secteurs, celui de l'énergie a perdu 1,41% suite aux résultats décevants de Royal Dutch Shell (-3,24%). Le géant des hydrocarbures a indiqué une perte au troisième trimestre à cause d'une charge comptable massive, malgré l'envolée des cours du pétrole et du gaz. "Cela aurait dû être un grand trimestre pour Shell vu l'envolée des prix du gaz et pétrole ces derniers mois. Malheureusement il a manqué les prévisions des analystes", a commenté Russ Mould, analyste chez AJ Bell.

"L’effondrement des livraisons de Volkswagen en raison de la pénurie de puces électroniques est alarmant et pourrait bien perdurer en 2022."
Frank Schwope
Analyste chez NordLB

Le compartiment automobile (-0,8%) a lui aussi été affecté par une déception sur les résultats de sociétés. Volkswagen a perdu 4,47% après avoir publié des chiffres pointant des faiblesses relevées par les analystes de Jefferies, Citi et NordLB. "Les résultats mettent en évidence un résultat d’exploitation moins élevé que prévu en raison de marges opérationnelles négatives dans ses marques de masse, VW, Skoda et Seat", a souligné Gabriel Adler, analyste chez Citi. "L’effondrement des livraisons en raison de la pénurie de puces électroniques est alarmant et pourrait bien perdurer en 2022", s'est inquiété Frank Schwope, analyste chez NordLB. Philippe Hochois, analyste chez Jefferies, a lui pointé que "les prévisions de bénéfices ont été maintenues, mais les prévisions de livraison ont été revues à la baisse". Stellantis a aussi perdu 1,44% après un recul de ses ventes de véhicules au troisième trimestre.

Parmi les autres actions qui ont souffert de résultats décevants, Unibail-Rodamco Westfield a lâché 8,37%, au fond de l'AEX. La firme de trading à haute fréquence amstellodamoise Flow Traders a glissé de 14,5% après avoir indiqué un troisième trimestre de trading sous les attentes des analystes. Evolution(-8,18%), Arcadis (-9,82%) et Swisscom (-7,41%) ont aussi bu la tasse après des chiffres moins bons que prévu.

En revanche, Addtech (+11,48%), WPP (+8%), Capgemini (+5,98%), Airbus (+1,82%) et Lloyds Banking (+0,24%) ont fait partie des résultats applaudis sur les marchés.

Parmi les autres hausses, Zur Rose a bondi de 10,88% après que la firme de pharmacie en ligne a annoncé une collaboration avec le laboratoire Roche sur le diabète.

21,9
Euros
La Banque Postale va proposer une offre de rachat de 21,9 euros par action de CNP Assurances.

CNP Assurances a décollé de 34,99% à la Bourse de Paris. La Banque Postale va reprendre la part de 16,1% du capital de la société détenue par le groupe BPCE et lancer une offre de 21,9 euros par action sur le solde du capital du groupe d'assurances qu'elle souhaite sortir de la cote, a-t-elle annoncé dans un communiqué.

Déception sur Telenet, strike pour AB InBev

À la Bourse de Bruxelles, de nombreux résultats d'entreprises se sont aussi bousculés. Au sein du Bel 20, Telenet (-3,39%) et Solvay (-1,04%) ont reculé après leurs chiffres trimestriels, tandis que Cofinimmo ( +1,2%) et AB InBev (+10,33%) ont avancé après leurs résultats.

Sur le marché élargi, Kinepolis a perdu 2,68% après un troisième trimestre marqué par une fréquentation encore timide des salles de cinéma. Mais la plus grosse sanction du jour est revenue à Ontex (-11,16%), victime durant les trois derniers mois d'une hausse des coûts des matériaux.

Le résumé

  • Les résultats d'entreprises se sont bousculés ce jeudi sur les marchés d'actions.
  • La Banque centrale européenne a annoncé que les pressions inflationnistes dureront plus longtemps que prévu.
  • Royal Dutch Shell a déçu avec une perte au troisième trimestre malgré la hausse des cours du pétrole.
  • Telenet et Solvay ont reculé après leurs résultats.

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés