Logitech, nouvelle victime d'Apple (débriefing actions étrangères)

©Bloomberg

Les marchés européens ont avancé avec prudence alors que l'incertitude plane sur la vigueur de la reprise économique. Le marché londonien a été pénalisé par la mollesse de la monnaie britannique.

Après une ouverture dans le vert et quelques changements de direction, les indices européens ont longuement hésité avant de grappiller des points. Le secteur bancaire et celui du voyage, les deux plus gros perdants de la crise sanitaire, ont soutenu la tendance haussière.

À Paris, le CAC 40 a progressé de 0,48%. Le DAX allemand a glané 0,61% alors que le FTSE 100, plombé par le repli de la livre, a grimpé de 0,12%.

Plus forte hausse sectorielle du jour, l'indice Stoxx des banques a donc amplifié le rebond entamé la semaine dernière après le plus bas historique du 25 septembre. Société Générale (+6,71%) et Commerzbank (+6,43%) étaient les meilleurs élèves du compartiment bancaire ce mardi.

À l'inverse, Logitech, plus forte baisse du Stoxx 600, a abandonné 5,13% à la Bourse de Zurich. Selon l'agence Bloomberg, Apple a cessé de commercialiser les écouteurs et les enceintes du fabricant de périphériques informatiques, signe que le groupe californien se prépare à lancer de nouveaux produits dans ce secteur de niche.

Sur le marché parisien, Suez (+4,58%) et Veolia (+1,95%) ont avancé après le feu vert d'Engie (+2,82%) à l'offre de Veolia. Ce dernier va donc reprendre la quasi-totalité des parts de l'énergéticien dans le groupe de gestion de l'environnement Suez, qui continue de qualifier cette opération d'"hostile".

Grenke a joué à fond la carte de la transparence depuis qu'un puissant investisseur a mis en doute la véracité de ses comptes. La Bourse de Francfort pensait alors revivre un second scandale après la débâcle Wirecard de cet été. Ce mardi, le cabinet d'audit KPMG a confirmé une partie des dires du spécialiste du financement locatif sur la base des relevés bancaires du groupe. L'action a bondi de 9,95% et n'est plus qu'à environ 23% de son "niveau pré-scandale" du 14 septembre.

Daimler (+0,63%), BMW (+1,28%) et Volkswagen (+2,06%) ont salué la bonne tenue des commandes passées à l'industrie automobile allemande, qui ont retrouvé en août leur niveau d'avant-crise.

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés