Lufthansa plonge après ses résultats

©REUTERS

La compagnie aérienne allemande signe le plus fort recul de son secteur en Europe après avoir annoncé un bénéfice en baisse pour 2018.

L'action Lufthansa recule fortement à la Bourse de Francfort après que le groupe a annoncé que ses capacités de transports augmenteraient nettement moins que prévu cette année. Sur l'année 2018, la compagnie aérienne allemande a dégagé un bénéfice net de 2,16 milliards d'euros, freiné par une hausse des prix du carburant, des perturbations du trafic aérien et la coûteuse absorption d'Air Berlin, malgré une hausse de 6% du chiffre d'affaires, à 35,84 milliards d'euros. L'intégration d'Air Berlin chez sa filiale à bas coûts Eurowings a coûté au groupe 170 millions d'euros de charges supplémentaires sur les trois premiers trimestres. Au sein d'Eurowings, Brussels  Airlines enregistre des bénéfices mais pas suffisamment, a indiqué  le directeur financier de la maison mère allemande Lufthansa.

Afin de réagir aux "goulot d'étranglement des infrastructures", à savoir les difficultés rencontrées par les aéroports et les contrôleurs aériens pour absorber la progression du trafic, le groupe a réduit les prévisions de croissance de ses capacités (ce qui correspond au nombre de sièges disponibles). Pour son plan de vol de l'été 2019, cette augmentation devrait s'établir à 1,9%, au lieu de 3,8% annoncé précédemment.

La chute du titre a ramené sa progression à 10% depuis le début de l'année, après une performance négative en 2018 de près de 36%. L'action évolue dans le rouge alors que l'ensemble des valeurs du secteur aérien est en hausse.

Les analystes n'ont pas été surpris par les résultats de Lufthansa. Chez Bernstein, les analystes observent une amélioration de la marge bénéficiaire de la compagnie aérienne, mais une détérioration chez Eurowings, sa filiale à bas coûts, même si celle-ci devrait cesser d'être déficitaire en 2019.

Chez Liberum, les analystes estiment que les résultats de Lufthansa sont en ligne avec les attentes, même si des nuages se sont formés avec notamment une tendance de revenus à l'unité décevante et une détérioration de la tendance au quatrième trimestre de l'an dernier. Mais ils approuvent la baisse des capacités de transports, "qui doit encore prouver qu'elle est suffisante pour générer suffisamment de croissance à l'unité pour contrer la hausse des prix du carburant".

Chez Citi, les analystes jugent les résultats de la compagnie aérienne en ligne avec les attentes, et s'attendent à une amélioration des perspectives de pricing en été et des baisses de coûts; ils pointent une valorisation attractive pour le titre.

Publicité
Publicité

Echo Connect