LVMH fait planer le doute sur son rachat de Tiffany

Du côté de Tiffany, on ne pense pas qu'il existe de base juridique pour une renégociation. ©Bloomberg

LVMH, qui a conclu fin 2019 un accord à 16 milliards de dollars pour racheter Tiffany, a indiqué ce jeudi qu'il n'envisageait pas d'acheter des actions du joaillier américain directement sur le marché. Une annonce qui n'exclut toutefois pas une éventuelle renégociation du deal.

Le géant du luxe LVMH s'est replié de près d'1% ce jeudi à la Bourse de Paris, après avoir annoncé qu'il n'envisageait pas d'acheter sur le marché des actions du joaillier américain Tiffany qu'il s'était engagé à racheter dans le cadre d'un accord à plus de 16 milliards de dollars. Une annonce qui fait suite aux informations publiées la veille par le journal américain Women's Wear Daily selon lesquelles le groupe de Bernard Arnault avait réuni un conseil d'administration pour examiner les conditions de ce rachat, dans un contexte de dégradation des perspectives du marché américain. Déjà malmené ces derniers mois, le cours de Tiffany a fortement accusé le coup, perdant plus de 10% de sa valeur en deux jours.

Dans son communiqué, LVMH confirme avoir réuni un conseil d'administration mardi, qui a "notamment porté son attention sur l'évolution de la pandémie et son impact potentiel sur les résultats et les perspectives de la société Tiffany au regard de l'accord qui lie les deux groupes". "Compte tenu des rumeurs ayant circulé sur le marché, LVMH confirme, à cette occasion, ne pas envisager d'acheter d'actions Tiffany sur le marché", indique le géant du luxe.

"Compte tenu des rumeurs ayant circulé sur le marché, LVMH confirme, à cette occasion, ne pas envisager d'acheter d'actions Tiffany sur le marché."
LVMH

Acquisition record

En novembre dernier, le numéro un mondial du luxe avait annoncé croquer le célèbre joaillier pour 16,2 milliards de dollars, une acquisition record pour le secteur ainsi que pour LVMH. La clôture de l'opération est prévue pour mi-2020. En février dernier, LVMH avait levé 9,3 milliards d'euros sur le marché afin de financer l'acquisition du joaillier. Le reste des 16,2 milliards de dollars que le groupe doit débourser doit être financé par du numéraire existant et des billets de trésorerie, à des taux négatifs.

16,2 milliards
de dollars
Le montant record qu'avait annoncé LVMH en novembre dernier pour acquérir Tiffany.

Vers une renégociation ?

Certains s'interrogent toutefois s'il ne s'agit pas là d'une tentative de LVMH visant à renégocier ce deal conclu il y a six mois. Selon des sources proches du dossier, Bernard Arnault, PDG du géant français du luxe, a discuté avec ses conseillers cette semaine pour identifier les moyens qui permettraient de convaincre Tiffany d'abaisser le prix convenu pour l'opération de 135 dollars par action, soit près de 20% de plus que le cours actuel. On ignore toutefois si le numéro un mondial du luxe prendra encore cette initiative et quels arguments il pourrait précisément avancer. Du côté de Tiffany, on ne pense pas qu'il existe de base juridique pour une renégociation.

Il envisage notamment de plaider que Tiffany ne respecte pas les obligations prévues par l'accord de rachat, ont ajouté les sources. 
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés