Publicité

Marée rouge sur les bourses (+débriefing actions européennes)

©AFP

Les marchés européens ont accusé le coup au lendemain de la chute historique du baril de pétrole WTI américain. Aucun indice sectoriel n'est parvenu à résister à la tempête.

Les principaux indices actions en Europe ont piqué du nez mardi, l'effondrement des cours pétroliers et des résultats d'entreprises décevants plombant le moral des investisseurs. Le Footsie britannique a reculé de 2,96%, le Cac 40 de 3,77% et le Dax allemand de 3,99%. L'indice paneuropéen Stoxx 600 a de son côté lâché 3,39%.

Tous les sous-indices sectoriels ont terminé dans le rouge. À commencer par celui des matières premières (-5,94%). Le compartiment de l'énergie a "limité" ses pertes à -4,34% malgré la chute historique du WTI américain. Côté valeurs individuelles, TechnipFMC a cédé 7,25% et Total 3,79% à Paris. À Londres, BP s'est replié de 3,03% et à Amsterdam, Royal Dutch Shell de 2,46%.

Le titre Plastic Omnium a gagné jusqu'à 3,90% avant de terminer sur une baisse de 0,95%. L'équipementier automobile a fait état d'une baisse de 2,2% de son chiffre d'affaires consolidé au premier trimestre, à 2,029 milliards d'euros contre 2,074 milliards un an plus tôt. Un repli bien plus limité que celui de la production automobile mondiale. Cette surperformance est "très rassurante", a réagi Michael Foundoukidis, analyste chez Oddo BHF. "Même si le deuxième trimestre devrait être plus difficile, la surperformance du premier trimestre est très impressionnante et devrait être plus que suffisante pour plaire aux investisseurs".

De son côté, Peugeot (+0,26%) a enregistré une baisse de 15,6% de son chiffre d'affaires au cours des trois premiers mois de l'année, à 15,2 milliards d'euros. Le constructeur français estime cependant disposer de suffisamment de liquidités pour faire face à des chutes de marché supérieures à 50%. "La publication du premier trimestre a montré une résilience plus forte que prévu (...) et confirmé son haut niveau de flexibilité sur les coûts", ont souligné les analystes de Jefferies. Peugeot a par ailleurs indiqué que la question portant sur la suspension ou non du dividende restait "ouverte".

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés