Marks & Spencer n'est pas mort (+débriefing actions européennes)

©REUTERS

Remises en selle par de bons indicateurs, les bourses européennes ont affiché de légers gains ce mardi. À Londres, Mark & Spencer et son nouveau partenaire Ocado ont brillé.

La prudence était une nouvelle fois de mise sur les marchés européens. Les indices des principales places boursières du Vieux Continent ont ouvert en hausse avant de plonger dans le rouge. Mais, l'indice ZEW mesurant la confiance des investisseurs a redonné de l'élan aux marchés. Il s'affiche en nette hausse et bien au-dessus des projections des analystes, ce qui a réconforté les investisseurs qui doutaient de la vigueur de la reprise économique.

Le CAC 40 a gagné 0,32%, confirmant son rebond de la veille. Tendance identique à Francfort où le Dax a avancé de 0,18%. Londres a pris de son côté 1,32% alors que l'indice regroupant les 50 plus grosses capitalisations de la zone euro a gonflé de 0,51%.

Sur le marché parisien, le secteur auto a été stimulé par la modification de certains termes du contrat de mariage entre PSA (Peugeot-Citroën) et Fiat-Chrysler (+9,01%). PSA, qui a lâché près de 2% dans les premiers échanges termine sur une hausse de 2,16%. Mais c'est l'équipementier Faurecia (-6,59%), détenu à 46% par PSA, qui a le plus souffert des changements demandés par son partenaire. La nouvelle mouture de l'accord prévoit que la cession de la participation de PSA dans Faurecia soit reportée de plusieurs mois.

À Paris, encore, Fnac Darty a bondi de 3,94%. Le patron du groupe dit espérer un chiffre d'affaires 2020 proche de celui de l'an dernier.

À la Bourse de Stockholm, la grimpette de H&M (+10,79%) n'est pas passée inaperçue. Le géant suédois du prêt-à-porter a connu un troisième trimestre supérieurs aux attentes grâce à une meilleure gestion de ses coûts. L'enseigne a repris plus de 50% en bourse depuis son niveau plancher atteint à la mi-mars.

À Londres, Ocado (+9,27%) et Marks & Spencer (+4,35%) ont fait des étincelles. Le premier a vu ses ventes grimper de 52% au troisième trimestre, prouvant que les courses alimentaires en ligne ont eu la cote pendant le confinement au Royaume-Uni. Le second, nouveau partenaire d'Ocado pour ses emplettes en ligne, vit une seconde jeunesse après avoir fermé de nombreux magasins et licencié des milliers d'employés.

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés