Nokia retrouve le chemin des bénéfices et grimpe en bourse

De nombreux contrats signés dans la 5G et une grande chasse aux coûts ont permis à Nokia de revenir dans le vert au premier trimestre 2021. ©REUTERS

Les marchés européens ont effacé leurs gains initiaux alors que les rendements obligataires repartent à la hausse. Le Dax a été plombé par le secteur auto. Nokia de retour au premier plan.

Une Fed disposée à rester accommodante encore longtemps, des "tech" américaines ayant le vent en poupe, des résultats d'entreprises globalement bien orientés et des statistiques montrant une solide reprise des deux côtés de l'Atlantique: il n'en fallait pas plus aux Bourses du Vieux Continent et à celles de New York pour partir à la conquête de nouveaux sommets.

Ce fut le cas une bonne partie de la séance en Europe et pendant les 30 premières minutes d'échanges à Wall Street où le Nasdaq et le S&P 500 ont profité de la bonne forme d'Apple et Facebook pour explorer de nouveaux sommets.

Mais, vers 16h30, les grands indices européens et Wall Street ont réduit à néant leur avance. Les investisseurs ont fait le choix de reprendre leurs billes alors que les craintes d'un retour en force de l'inflation sont revenues au premier plan. Conséquence, le marché obligataire est reparti à la hausse.

À la clôture, le Bel 20 a perdu 0,13%.

L'optimisme qui dominait à Paris a laissé place aux prises de bénéfices Londres résistait un peu mieux plus grâce à Unilever et ses banques. Amsterdam et Milan ont rejoint la Bourse de Francfort dans le rouge. Cette dernière est ralentie depuis l'entame de la séance par son secteur automobile.

Nokia à la fête

Le secteur automobile européen affiche la plus forte baisse du jour alors que le constructeur américain Ford a prévenu mercredi que la pénurie mondiale de puces pourrait réduire sa production de moitié au deuxième trimestre.

À l'inverse, le compartiment des télécoms gagnedu terrain après les résultats supérieurs aux attentes de Nokia qui a gagné jusqu'à 14% termine sur un bon de plus de 8%. L'équipementier télécom finlandais a renoué avec les bénéfices au premier trimestre, porté par la 5G et des ventes en hausse.

Une performance d'autant plus remarquable que le premier trimestre est généralement le plus faible de l'année. Mais Nokia a vu ses marges nettement progresser. Engagé dans une chasse aux coûts, le groupe redresse progressivement sa rentabilité.

Les pétrolières portées par la remontée des cours

Total a lâché 0,92% malgré des résultats en hausse, comparables à ceux d'avant le début de la crise sanitaire. Son bénéfice net a bondi à 3,3 milliards de dollars au premier trimestre, dopé par la remontée des cours des hydrocarbures.

Même chose pour Shell qui s'affichait en repli en dépité d'un retour dans le vert au premier trimestre avec un bénéfice net de 5,7 milliards de dollars.

Unilever a gagné plus de 3%, le groupe ayant annoncé des ventes trimestrielles supérieures aux attentes, aidées par une forte reprise économique en Chine, mais BASF a cédé 1,07% malgré le relèvement de son objectif de bénéfice pour l'ensemble de l'année.

Le premier groupe européen de transport aérien Lufthansa s'est montré, ce jeudi, plus pessimiste sur l'évolution du trafic en 2021 malgré une forte progression attendue cet été, alors que la pandémie de Covid-19 continue de plomber le secteur.

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés