Publicité

On se bouscule pour la protonthérapie d'IBA

IBA est spécialisée dans le développement de solutions pour le diagnostic et le traitement du cancer, comme avec le Proteus One, qui, grâce à son portique compact et ouvert, permet de traiter un plus grand nombre de patients. ©IBA

Les marchés européens ont terminé la journée de jeudi dans le vert, malgré plusieurs changements de direction en cours de séance. À Bruxelles, le premier trimestre d'IBA a été applaudi.

Les échanges boursiers européens ont encore été marqués ce jeudi par une forte volatilité. Les gains matinaux ont été effacés à mi-séance et les indices sont ensuite repassés à toute allure dans le vert, accélérant la cadence à l'ouverture de Wall Street grâce à un chiffre encourageant montrant des inscriptions au chômage au plus bas depuis le début de la pandémie. 

"Jamais jusqu'ici on ne s'était autant approché du début d'une éventuelle discussion sur la nécessité de réduire la stimulation monétaire."
Sebastian Paris Horvitz
Stratège - LBPAM

Mais les investisseurs sont restés tourmentés après le très attendu compte-rendu de la réunion d'avril de la Fed publié mercredi soir. Une partie des membres de la banque centrale américaine a plaidé pour un ajustement du rythme des achats d'obligations à partir du moment où la reprise économique se confirme.

"Jamais jusqu'ici on ne s'était autant approché du début d'une éventuelle discussion sur la nécessité de réduire la stimulation monétaire", situe Sebastian Paris Horvitz, stratège de LBPAM, dans une interview à l'agence AFP.

Sur le Vieux continent, les grandes places boursières ont bouclé la journée sur des gains allant de 1,5% à Francfort à 0,64% à Londres. Elles avaient cédé entre 1% et 2% la veille, secouées par la brusque dégringolade des cryptomonnaies et les craintes inflationnistes.

À Wall Street, les trois indices principaux tentaient de tourner le dos à trois séances consécutives teintées de rouge. Ils évoluaient dans la bonne direction à l'heure où les bourses européennes débranchaient la prise.

Concentration en vue dans les puces

Sur le marché actions européen, le titre du groupe Nordic Semiconductor a chauffé de près de 10%. La raison: un article publié dans la presse financière italienne signalant une OPA imminente du spécialiste franco-italien des puces, STMicroelectronics (+1,30%) sur son rival norvégien.

Le carnet de commandes d'IBA se remplit bien avec un pipeline bien dense aux États-Unis et dans la région Asie-Pacifique.

EasyJet (-2,05%) n'a pas pu faire mieux qu'une perte nette au terme du premier semestre de son exercice 2020-2021.

La compagnie britannique souffre toujours de la chute du trafic passager à cause de la crise sanitaire. Côté prévisions, EasyJet espère voir ses avions se remplir pour la saison estivale.

Argenx en panne

À Bruxelles, le Bel 20 a ainsi avancé de 0,64% avec ses trois holdings dans le haut du tableau. AvH  (+0,9%) a confirmé le net redressement des résultats amorcé au second semestre 2020 déjà. Le holding, qui a fait le point sur son premier trimestre avant l'ouverture des marchés, a pu compter sur la "forte croissance" des actifs confiés chez Delen Private Bank et à la Banque Van Breda. AvH s’attend ainsi à "une croissance significative" du bénéfice net du groupe en 2021.

2,5
euros
Dividende inchangé pour les actionnaires de la Gimv qui reste à 2,5 euros brut par action.

Comme la veille, les deux biotechs du Bel 20 ont longtemps ralenti la progression de l'indice bruxellois de référence. Argenx (+0, a cédé la lanterne rouge à Proximus (-0,76%) pour remonter dans le vert échouer à près de 40% plus bas de son sommet historique de 314,60 euros atteint en février dernier.

Hors Bel 20, le titre IBA était très demandé à la suite de son bulletin du premier trimestre, gagnant près de 4% en séance avant de réduire sa progression à 0,83% en clôture. Le leader mondial de solutions de protonthérapie pour le traitement du cancer a constaté des fortes activités commerciales au cours des trois premiers mois de l'année. En bourse, le titre de la medtech de Louvain-La-Neuve a grossi de plus de 130% sur un an.

Toujours sur le Bel Mid, EVS , qui a donné des prévisions chiffrées optimistes en marge de son rapport trimestriel, a glané 3,53%.

Résultats encore avec les chiffres annuels de la société d’investissement flamande Gimv  (+1,15%). Elle a réalisé une "performance robuste" lors de son exercice décalé 2020-2021. Mais pas de quoi dynamiter le dividende qui, conformément à la politique la Gimv, reste stable à 2,5 euros brut.

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés