Palantir prêt à s’exposer en bourse

©REUTERS

Le spécialiste américain de l’analyse de données a déposé son dossier auprès de l'autorité des marchés pour une entrée en bourse attendue de longue date.

C’est sans doute l’une des sociétés technologiques les plus secrètes et les plus controversées de la Silicon Valley: Palantir, qui vend ses services d’analyse de données aux gouvernements et aux multinationales, prévoirait d’entrer en bourse d’ici l’automne, selon Bloomberg, même si ce timing pourrait encore changer.

Dans un communiqué publié lundi soir, la société a indiqué avoir soumis un dossier dans ce sens auprès de la SEC, le gendarme des marchés américains. Si le document reste confidentiel, l’opération s’apparenterait davantage à une cotation directe, plutôt qu’une IPO à proprement parler. Il s’agirait donc d’une entrée en bourse sans émission de nouvelles actions.

Selon d’autres documents soumis à la SEC au début du mois, Palantir tenterait de lever 961 millions de dollars au travers de cette opération, dont 550 millions seraient déjà garantis auprès de Sompo Japan Nipponkoa Holdings et Fujitsu. L’entreprise était valorisée en 2015 à hauteur 20 milliards de dollars mais la valeur de ses parts à entretemps été revue en baisse par les fonds qui les possèdent.

20
milliards de dollars
Palantir était valorisée en 2015 à 20 milliards de dollars.

Des activités controversées

Fondée au début des années 2000 par l’investisseur milliardaire américain Pieter Thiel et Alex Karp, son actuel CEO, Palantir offre une plateforme capable d'agréger des données d'origines et de format très disparates, pour ensuite conduire tous les tris et les analyses souhaités par l'utilisateur. La société s’est notamment fait connaître pour l’aide apportée au services de sécurité américains comme la CIA dans la traque des terroristes comme Oussama Ben Laden au lendemain des attentats du 11 septembre 2001. Régulièrement critiquée par les militants des droits fondamentaux, elle a aussi plus récemment travaillé avec l’agence américaine de l’immigration et des douanes (ICE) dans le cadre des mesures mises en place en la matière par l’administration Trump.

"La société s’est notamment fait connaître pour l’aide apportée au services de sécurité américains comme la CIA dans la traque des terroristes au lendemain des attentats du 11 septembre 2001."

Sa volonté de travailler sur des matières aussi controversés que celles relevant de la sécurité nationale font de Palantir un cas à part au sein de l’écosystème très progressiste de la Silicon Valley. Tout particulièrement depuis que Peter Thiel a apporté en 2016 son soutien à Donald Trump dans le cadre de la campagne présidentielle. Les dirigeants de la société ont d’ailleurs longtemps hésité à se lancer en bourse, soucieux de maintenir leurs activités à l’écart du grand public. Au mois de juin dernier, trois nouveaux administrateurs sont venus rejoindre son conseil d’administration, parmi lesquels Alexandra Wolfe Schiff, une ancienne journaliste du Wall Street Journal.

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés