Publicité
Publicité

Pepco bondit pour son baptême boursier à Varsovie

Pepco exploite plus de 3.200 magasins dans 16 pays. Son IPO en Pologne est la plus grosse opération du genre à la Bourse de Varsovie cette année. ©REUTERS

Les marchés européens sont restés coincés autour de l'équilibre, manquant de jus pour poursuivre leur remontée. À Londres, le bulletin de Marks & Spencer a été salué.

Après un démarrage positif, les grands indices européens ont longtemps tournoyé autour de l'équilibre. La cote européenne était en recherche de raisons de poursuivre son ascension alors que de nombreuses places boursières pointent à de très hauts niveaux de valorisation, voire à des records.

"De nombreux investisseurs sont déjà tournés vers l'avenir, estimant qu'un inévitable tapering est à venir."
Pierre Veyret
Analyste - ActivTrades

La détente constatée depuis quelques jours sur l'inflation s'est à nouveau vérifiée ce mercredi. Il faut dire que les déclarations de responsables de la Fed et de la BCE se multiplient pour rassurer le marché sur le risque d'un retour durable de l'inflation.

De nombreux suiveurs se préparent toutefois déjà à une diminution du soutien des banques centrales. "Même si les banquiers centraux veulent rassurer les opérateurs et soutenir le sentiment du marché à court terme, de nombreux investisseurs sont déjà tournés vers l'avenir, estimant qu'un inévitable tapering (une réduction progressive des achats de titres sur les marchés, NDLR) est à venir. Cela devrait maintenir une certaine pression baissière sur l'appétit pour le risque des investisseurs à moyen et long terme", signale ainsi l'analyste Pierre Veyret à l'agence Reuters.

Les bancaires soufflent

Cette "pression baissière" aura eu raison du Dax 30 (-0,09%), qui est quelque peu redescendu de son nuage un jour après avoir battu son record historique. Tendance identique sur le FTSE 100 de Londres (-0,04%) où les bancaires ont freiné la progression de l'indice britannique. À Bruxelles, KBC (-1,18%) était aussi dans le dur et a ralenti le Bel 20 (-0,13%).

Les établissements bancaires sont pénalisés par le repli des rendements obligataires, un handicap pour leurs marges de crédit. Ces rendements s'agitent à la moindre pression sur l'inflation, comme c'est régulièrement le cas depuis le début de l'année. Si bien que le compartiment bancaire du Stoxx 600 réalise jusqu'ici la meilleure performance sectorielle sur les marchés européens, avec une hausse de plus de 25% depuis le 1er janvier.

À Wall Street, les indices évoluaient en timide hausse à mi-séance. Le Dow Jones , qui célébrait ses 125 ans d’existence, prenait 0,11% et le Nasdaq 0,46%. Ford, qui a revu à la hausse ses ambitions électriques, vrombissait de près de 8% à l'heure de la clôture en Europe.

Entrée réussie pour Pepco

En tête du Stoxx 600, le distributeur britannique Marks & Spencer a avancé de plus de 8%, ses prévisions optimistes et son envie d’accélérer l'e-commerce l'emportant sur la chute de 88% de ses bénéfices annuels.

5,11
milliards d'euros
Pepco a fixé le prix de son introduction en bourse à 40 zlotys par action, ce qui représente une valorisation de 23 milliards de zlotys (5,11 milliards de dollars).

Dans le même secteur, un nouveau ticker est apparu sur les écrans boursiers ce mercredi. Les actions du distributeur Pepco se sont illustrées pour leurs débuts en bourse à Varsovie, devenant la plus grande introduction en bourse en Pologne cette année.

Pepco avait fixé le prix d'introduction en bourse à 40 zlotys par action, lui donnant une valorisation de 23 milliards de zlotys (6,29 milliards de dollars). Le titre a grossi de 12,50% à 45 zlotys au terme de sa séance inaugurale.

Un super fan pour Ageas

Les analystes sont divisés sur le titre Ageas.

Sur le marché bruxellois, argenx , qui a avancé de 2,32% à 224,70 euros, n'a pas quitté une seconde la tête du Bel 20. La biotech évolue à présent à un peu moins de 28% de son sommet historique atteint en février dernier.

Ageas , pour sa part, a reculé de 0,23% à 52,40 euros malgré un beau commentaire des analystes de JPMorgan. Ces derniers relèvent l'objectif de cours de l'assureur de près de 5 euros à 60,57 euros et maintiennent leur recommandation d'achat. Les analystes sont toutefois divisés sur le titre Ageas: 8 conseillent d'acheter, 6 de conserver et 4 de vendre les actions de l'assureur belge.

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés