Pernod Ricard ne perd pas une goutte de la reprise

Le groupe vise une croissance organique de son résultat opérationnel courant d'environ 16% sur un an, contre une hausse d'environ 10% annoncée le 22 avril dernier. ©Bloomberg

Le groupe spécialisé dans les spiritueux a relevé ses ambitions pour son exercice annuel grâce à la réouverture des bars. En réaction, son titre en bourse a atteint un nouveau record.

Le pastis a coulé à flots malgré la pandémie. Pernod Ricard , propriétaire également du champagne Mumm, de la vodka Absolut et du rhum Havana Club, a revu à la hausse ses objectifs financiers pour son exercice décalé 2020-2021 qui se termine fin juin. Il vise désormais une croissance organique de son résultat opérationnel courant (ROC) d'environ 16% sur un an, contre une hausse d'environ 10% annoncée le 22 avril dernier.

"Le rythme de la reprise s'avère plus soutenu que prévu."
Pernod Ricard

"Le rythme de la reprise s'avère plus soutenu que prévu", précise la société française – dans laquelle le holding belge GBL détient une participation de 7,49% selon les données de Bloomberg – dans un court communiqué. "La restauration à domicile (Off-trade) continue d'être résiliente alors que la demande dans le On-trade s’accélère à mesure que les restrictions sont progressivement levées."

Au final, son résultat opérationnel courant pour 2020-2021 devrait être "globalement en ligne" avec celui de 2018-2019, "malgré des ventes toujours affectées par les restrictions dans le 'On-trade' et le 'Travel Retail', et des coûts de structure encore sous leurs niveaux normatifs". Une annonce largement saluée par les investisseurs, qui ont fait bondir l'action Pernod Ricard à un nouveau sommet historique.

L'amour des cocktails reste intact

Les analystes ont, eux aussi, applaudi la bonne tenue dans les activités du groupe français. Selon les calculs de Bryan Garnier, qui a relevé son objectif de cours à 200 euros, les nouvelles prévisions de Pernod Ricard impliquent une hausse d'environ 65% de ses ventes entre avril et juin. Le broker pointe naturellement comme principal facteur positif la réouverture des bars et restaurants en Amérique du Nord et en Europe.

"Les améliorations futures pourraient néanmoins être limitées, à notre avis, étant donné que les dépenses publicitaires (16 % des ventes) pourraient devoir augmenter avec le retour à la normale des économies."
Duncan Fox
Analyste chez Bloomberg Intelligence

"Il est encourageant de constater que l'amour des consommateurs pour boire des cocktails à la maison n'a pas été diminué par la réouverture des bars", a commenté Duncan Fox, analyste chez Bloomberg Intelligence. "Les améliorations futures pourraient néanmoins être limitées, à notre avis, étant donné que les dépenses publicitaires (16% des ventes) pourraient devoir augmenter avec le retour à la normale des économies."

Selon lui, l'objectif d'une croissance organique à long terme de 4% à 7% est atteignable si le comportement des consommateurs revient à la normale. Rappelons que lors d'une présentation aux investisseurs mardi, Pernod Ricard s'est montré confiant dans ses perspectives en Asie grâce à la demande de cognac et de whisky écossais en Chine. Pays pour lequel il table sur une croissance d'environ 10% de ses ventes à moyen terme.

Pernod Ricard

En bref

> Capitalisation boursière: 48,4 milliards d'euros

> Ratio cours/bénéfice: 177,24

> Rendement du dividende: 1,52% brut

> Nombre d'analystes à l'achat: 13 sur 27 (soit 48%)

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés