Pinterest, Lyft, Uber,... des licornes en pertes qui entrent en Bourse

©REUTERS

Les entreprises non cotées pesant plus d'un milliard de dollars comme Uber et Lyft se bousculent pour entrer en Bourse. Mais elles peinent à être rentables.

Les licornes se bousculent pour entrer en Bourse. Ces sociétés non cotées valant plus d'un milliard de dollars devraient animer la cote à New York dans les prochains jours. Lyft est la première à faire son entrée. Uber devrait suivre, Slack aussi. Pinterest est la dernière société à avoir déposé son dossier auprès de la Securities and Exchange Commission, le gendarme des marchés américains.

Lyft, le sytème de réservation de voiture avec chauffeur, devrait faire son introduction en Bourse ce jeudi. La société prévoit une fourchette de prix pour 30 millions de titres entre 62 et 68 dollars par action. Il est possible que le prix soit relevé, car la semaine dernière, au terme de sa tournée de présentation auprès des investisseurs, des sources proches du dossier ont indiqué que les titres ont été sursouscrits. Elles s'attendent à ce que la société surpasse 23 milliards de dollars de capitalisation boursière, le seuil qu'elle souhaitait atteindre. Elle signerait alors la plus grosse introduction boursière depuis Snap. Toutefois, cela ne signifie pas que le cours de l'action va s'envoler lors de la première cotation. Car Facebook et Snap avaient aussi connu des sursouscriptions de titres avant leur introduction en Bourse. Facebook avait chuté durant sa première année en Bourse, et Snap évolue sous son prix d'introduction. De plus, Lyft arrive en Bourse sans être rentable. L'année passée, la société a indiqué une perte nette de 911 millions de dollars, en hausse de 32% par rapport à 2017, même si son chiffre d'affaires a doublé sur la période. "Les gens parlent souvent des pertes, mais ils n'en tiennent pas vraiment compte" souligne Barrett Daniels, responsable des IPO chez Deloitte. "La croissance du chiffre d'affaires est l'élément le plus important pour une IPO" indique-t-il.  Lyft avait augmenté son chiffre d'affaires à 2,2 milliards de dollars en 2018 contre 343 millions de dollars en 2016. La société détient désormais 39% des parts de marché aux Etats-Unis. Cela devrait satisfaire les investisseurs.

Uber, son rival, peut se réjouir de l'enthousiasme des investisseurs autour de Lyft. Le groupe compte entrer en Bourse au mois d'avril, selon des sources proches du dossier. Il vise une valorisation de plus de 70 milliards de dollars. Des analystes estiment même à 120 milliards de dollars la valeur de la société. L'opération est pressentie comme la plus grande introduction en Bourse de l'année. Uber a annoncé lundi  son intention de racheter Careem NetworksFZ, un concurrent basé à Dubai, pour 3,1 milliards de dollars (2,7 milliards d'euros). Elle voulait à tout prix conclure cet accord de rachat avant de se lancer dans sa tournée de présentation  de ses performances censée convaincre les investisseurs de participer à son introduction en Bourse. Comme Lyft, Uber ne dégage pas de bénéfices. Au dernier trimestre 2018, le groupe a enregistré une perte de 865 milliards de dollars, en recul toutefois par rapport à 1,1 milliard de dollars de perte au dernier trimestre 2017. Son chiffre d'affaires était de 3,02 milliards de dollars.  Les investisseurs attendent que la société montre une inflexion dans sa profitabilité. 

Slack a également déposé son dossier auprès de la Securities and Exchange Commission. Selon des sources proches du dossier, la valorisation de la société de messagerie à destination des entreprises pourrait dépasser 7 milliards de dollars. En janvier, le quotidien "Wall Street journal" avait indiqué que la société souhaite effectuer une cotation directe au lieu d'une introduction en Bourse traditionnelle. Le site de streaming de musique Spotify avait utilisé la même méthode en avril de l'année passée. Une cotation directe permet aux investisseurs actuels de l'entreprise de vendre leurs parts à de nouveaux actionnaires, à un prix fixé uniquement par la demande. 

Pinterest, l'application de partage de photos par centre d'intérêt, a dévoilé vendredi dernier son dossier pour entrer en Bourse. Elle n'a donné aucun détail sur le nombre d'actions qu'elle compte mettre en circulation ni sur le prix de vente, mais a indiqué que le titre serait coté sur le New York Stock Exchange sous le symbole PINS. Mais l'agence d'informations financières Bloomberg révèle que la société a déposé une offre initiale de 100 millions de dollars.  Elle pourrait lever 1,5 milliard de dollars avec son introduction en Bourse La société est déficitaire, mais comme Uber, elle est parvenue à réduire ses pertes en 2018. Elle a enregistré une perte nette de 63 millions de dollars en 2018, moitié moins qu'en 2017. Son chiffre d'affaires a presque doublé sur la période, à 755,9 millions de dollars. Ses chiffres s'améliorent aussi par rapport à 2016, où elle avait perdu 182 millions de dollars pour un revenu de 299 millions de dollars. Elle a indiqué dans son prospectus avoir connu "une hausse significative du nombre d'utilisateurs" sur les dernières années, et s'être étendu géographiquement. Comscore, un bureau d'étude indépendant, estime à 250 millions le nombre d'utilisateurs par mois, dont deux tiers sont des femmes. 

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect