Pire mois de l'année à la Bourse de New York

©AFP

Les marchés américains ont terminé en nette baisse ce vendredi, rattrapés, comme les Bourses européennes, par un regain d'aversion au risque après la décision inattendue de Donald Trump de taxer toutes les importations de produits mexicains.

"Cette annonce surprise, qui intervient dans le sillage du tout récent nouvel accord USMCA sur le commerce, était complètement inattendue et pourrait bien remettre en cause tout l'accord."
Michael Hewson
CMC Markets

Wall Street a terminé en nette baisse ce vendredi, lestée par la décision inattendue de Trump de taxer toutes les importations de produits mexicains. L'anxiété des investisseurs sur le plan commercial a été amplifiée par cette menace inattendue. Le Dow a reculé de 1,41%, à 25.815,04 points. Le Nasdaq a baissé de 1,51% à 7.453,15 points. Le S&P 500 a lâché 1,32%, à 2.752,06 points.

> Lire Trump dégaine son bazooka fiscal pour freiner l'immigration

"Cette annonce surprise, qui intervient dans le sillage du tout récent nouvel accord USMCA sur le commerce, était complètement inattendue et pourrait bien remettre en cause tout l'accord", relève Michael Hewson, chez CMC Markets. " Il est également beaucoup plus difficile pour les pays de croire les États-Unis sur parole lorsqu'il s'agit de négociations commerciales si leur président peut si facilement lancer une grenade sur la voie d'un accord déjà conclu", ajoute-t-il.

Les taxes douanières décidées par les Etats-Unis à l'encontre des produits mexicains "ne stopperont pas" le processus de ratification du nouveau traité de libre-échange nord-américain (AEUMC), a toutefois indiqué dans la foulée le président mexicain Andres Manuel Lopez Obrador. Face à la crise migratoire, "nous faisons le boulot" a-t-il insisté.

 

 

Le secteur auto souffre

Les titres des constructeurs auto ont été très chahutés: General Motors a perdu 4,25%, Fiat Chrysler 5,82%, et Ford 2,26%. "Les grands constructeurs automobile vont bien évidemment ressentir un impact financier de ces tarifs douaniers et des incertitudes qu'ils génèrent car la plupart d'entre eux importe du Mexique une partie significative des véhicules vendus aux Etats-Unis", estiment les analystes de la banque Deutsche Bank.

"Les constructeurs affectés vont avoir du mal à faire tout supporter aux consommateurs sous peine de perdre des parts de marché."
Experts de JP Morgan

Les trois géants de Detroit ont investi des milliards de dollars au Mexique aussi bien dans des sites de production que dans des chaînes de fournisseurs et de sous-traitants. Les experts de JPMorgan estiment que les constructeurs pourront en théorie faire passer sur les consommateurs ces probables taxes douanières supplémentaires, mais que cela sera peut-être difficile car certains groupes automobiles ne seront pas touchés par ces hausses. "Les constructeurs affectés vont avoir du mal à faire tout supporter aux consommateurs sous peine de perdre des parts de marché", estiment-ils.

Des tarifs douaniers de 5% de plus sur les biens mexicains pourront par ailleurs peser sur les ventes de voitures américaines déjà en plein ralentissement depuis le début de l'année, selon JPMorgan Chase.

Très sensibles à l'environnement économique, les valeurs technologiques ont chuté également: Amazon a perdu 2,27%, Facebook 3,03% et Microsoft 1,63%. L'autre feuilleton commercial, entre Pékin et Washington, a par ailleurs connu de nouvelles péripéties vendredi. Un porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères a dénoncé "des mensonges" après des propos de Donald Trump affirmant que la guerre commerciale aurait un effet "dévastateur" sur l'économie chinoise. 

Sur le marché obligataire, le taux américain à dix ans poursuivait sa chute libre après avoir déjà fortement baissé ces derniers jours: il a atteint un nouveau plus bas depuis septembre 2017, à 2,135%.

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés