Plus forte hausse hebdomadaire pour le Dow depuis 90 ans

©AFP

Les marchés américains ont clôturé une semaine de net rebond... dans le rouge.

La Bourse de New-York a fini en net recul ce vendredi, mais a vivement rebondi sur l'ensemble de la semaine, dans un marché toujours fragilisé par la crise du coronavirus. Le Dow Jones a chuté de 4,06% à 21.636,78 points, mais a grimpé de 17,6% sur la semaine. Il s'agit de la plus forte hausse hebdomadaire pour l'indice depuis juin 1931. Le Nasdaq a lui perdu 3,79% à 7.502,38 points, mais a enregistré une hausse hebdomadaire de 9,1%. Le S&P 500 a perdu 3,37% à 2.541,47 points tout en montant de 10,3% sur la semaine.

Ce qui a stabilisé les marchés cette semaine, ça a été l'intervention des banques centrales. La Fed a ainsi annoncé injecter des milliers de milliards de dollars pour aider la première puissance mondiale à faire face à l'impact économique de la pandémie de coronavirus. La Banque centrale US a notamment décidé lundi de ne plus fixer de limites à ses achats de bons du Trésor et de titres hypothécaires. Jeudi, son patron Jerome Powell a assuré que l'institution allait continuer à prêter de l'argent "agressivement."

Les investisseurs ont aussi salué l'adoption d'un plan de sauvetage économique qui va mobiliser quelque 2.000 milliards de dollars afin de soulager les entreprises et les foyers les plus touchés par la crise. Le président américain a promulgué le texte vendredi, peu après la clôture de Wall Street.

  Signe du choc provoqué par le coronavirus, la confiance des consommateurs a dégringolé en mars, enregistrant sa quatrième baisse la plus importante en un demi-siècle, selon l'estimation finale de l'enquête de l'Université du Michigan publiée vendredi. La veille, le nombre de demandeurs d'allocations chômage aux Etats-Unis avait connu une hausse record avec 3,3 millions de nouvelles inscriptions.

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés