Powell laisse la porte ouverte à une baisse de taux

©REUTERS

Patience. Ce mot à présent retiré de la communication officielle de la Réserve fédérale américaine (Fed) n’a, semble-t-il, pas encore disparu de l’esprit de son président Jerome Powell.

En témoigne le discours ambigu qu’il a donné ce vendredi lors du traditionnel symposium économique à Jackson Hole. "Nous avons beaucoup d’expérience dans le suivi des évolutions macroéconomiques typiques. Mais adapter l’incertitude de la politique commerciale à ce cadre est un nouveau défi, a-t-il reconnu. En principe, tout ce qui affecte les perspectives d’emploi et d’inflation pourrait également influer sur l’orientation appropriée de la politique monétaire (…). Il n’y a cependant aucun précédent susceptible de guider la réponse de la politique monétaire à la situation actuelle."

"La Fed agira de manière appropriée pour soutenir l’économie américaine, avec un marché du travail solide."

Le grand argentier américain a également souligné que depuis la réunion de la Fed fin juillet, l’actualité fut "mouvementée". Et de pointer, entre autres, les mauvais indicateurs en Chine et en Allemagne, la probabilité accrue d’un Brexit, ou encore la dissolution du gouvernement italien. Sans oublier, bien sûr, le regain de tensions commerciales entre les États-Unis et la Chine.

"La Fed n’a RIEN fait!"

Pour autant, le président de la Fed considère que l’état de santé des États-Unis reste "favorable". "L’économie américaine a continué de bien se comporter dans l’ensemble, portée par les dépenses de consommation. La création d’emplois a ralenti par rapport au rythme de l’année dernière mais reste supérieure à la croissance globale de la population active. L’inflation semble se rapprocher de 2%", a-t-il énuméré.

Coincé entre deux chaises, Jerome Powell a tenté de rassurer les investisseurs en répétant que la Réserve fédérale agira "de manière appropriée pour soutenir l’expansion". Pour de nombreux observateurs, ces propos laissent encore la porte ouverte à une baisse de taux en septembre. Ce qui a été bien accueilli par les marchés.

Un homme n’a toutefois pas apprécié ce discours: Donald Trump. "Comme d’habitude, la Fed n’a RIEN fait!", a tweeté le Président américain.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect