Publicité

Records en série sur les bourses américaines

Les bourses américaines n'ont cessé de battre record sur record. ©REUTERS

Le S&P 500 et le Dow Jones ont touché un nouveau record sous l'influence d'une masse d'argent déversé sur les marchés d'actions. Les analystes ne voient pas de retournement de tendance à court terme.

Les marchés d'actions américains n'ont cessé de battre record sur record. Lundi, le S&P 500 et le Dow Jones ont une nouvelle fois terminé sur un plus haut historique. Mais ce mardi, les indices ont reculé légèrement. Les inquiétudes autour de la progression du variant delta du Covid-19 et d'un ralentissement de la croissance économique chinoise n'ont pas influencé le moral des investisseurs. Les analystes soulignent que l'excès de liquidités propulse toujours plus haut les indices d'actions outre-Atlantique. "Il y a juste d'énormes quantités de liquidités, d'énormes quantités d'argent, à la fois dans les bilans des entreprises et dans les poches des investisseurs privés, et à cause de cela, à chaque petite baisse, les gens recherchent de bonnes affaires et achètent et ils maintiennent leur dynamisme" a constaté Randy Frederick, spécialiste des dérivés chez Charles Schwab. "Il y a tout simplement trop de liquidités dans le système, et on est toujours convaincu que le variant delta va connaître un pic transitoire qui se résoudra dans les semaines à venir" a indiqué de son côté Thomas Hayes, gestionnaire chez Great Hill Capital.

"Il y a tout simplement trop de liquidités dans le système, et on est toujours convaincu que le variant delta va connaître un pic transitoire qui se résoudra dans les semaines à venir."
Thomas Hayes
Gestionnaire chez Great Hill Capital

Un rebond de l'économie américaine, soutenu par des résultats d'entreprises au beau fixe et une politique monétaire très accommodante, ont permis aux indices boursiers américains de battre leurs records. Depuis son creux de mars 2020, le S&P500 a rebondi de 100%. "L'environnement global reste favorable aux actifs à risque, il y a donc une attraction gravitationnelle vers le haut pour les actions" a remarqué Kristina Hooper, responsable de la stratégie d'investissement chez Invesco.

"L'environnement global reste favorable aux actifs à risque, il y a donc une attraction gravitationnelle vers le haut pour les actions."
Kristina Hooper
Responsable de la stratégie d'investissement chez Invesco

Des bulles, mais des prévisions optimistes

Les analystes sont nombreux à penser que le rally des marchés américains va se poursuivre. Les craintes d'un changement de ton de la Réserve fédérale américaine (Fed), qui pourrait annoncer un ralentissement de ses rachats d'actifs sur les marchés prochainement, ne constituent selon eux pas un risque pour les actions. Selon le dernier sondage des gestionnaires de fonds par Bank of America Securities, ceux-ci ont estimé en majorité que la Fed va annoncer son tapering (fin des rachats d'actifs) d’ici à la fin de l'année. Aucun d'entre eux ne prévoit que la banque centrale soit prête à supporter une chute des marchés d'actions en raison de sa politique monétaire.

4.600
points
Les clients sondés par JPMorgan voient le S&P 500 finir l'année à ce niveau, soit un potentiel de hausse de plus de 3%.

Chez JPMorgan Chase, les analystes sont restés persuadés d'un rally des indices boursiers malgré un environnement moins favorable sur les obligations. Ils ont mené un sondage auprès de leurs clients, qui ont répondu en majorité que le S&P 500 pourrait terminer l'année à 4.600 points, soit une hausse de plus de 3% par rapport au cours actuel de l'indice.

Les analystes de JPMorgan Chase ont toutefois pointé des "mini- bulles" sur les marchés, telles que sur les Spac (sociétés de chèque en blanc), les introductions en bourse, le bitcoin et l'hydrogène. Mais ces mini-bulles et une remontée des taux d'intérêt ne constituent pas selon eux un frein pour la progression des actions.

Entre valeurs cycliques et défensives

Chez JPMorgan Chase, les analystes se montrent toutefois prudents et conseillent d'éviter les secteurs hype, prisés par les investisseurs. Ils mettent dans la liste les titres qui profitent de la pandémie, les valeurs de l'énergie renouvelable, les véhicules électriques et les cryptomonnaies. Ils voient en revanche du potentiel pour les valeurs liées au cycle économique. Les gestionnaires de fonds sondés par Bank of America préfèrent de leur côté les valeurs défensives, dont le secteur pharmaceutique.

Le résumé

  • Les indices d'actions américains ont battu record sur record.
  • Le flux important de liquidités sur les marchés soutient la progression des marchés.
  • Les analystes sont nombreux à voir le rally se poursuivre.
  • JPMorgan Chase met en garde contre les secteurs hype.

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés