Régime sec pour Danone (débriefing actions européennes)

©EPA

Les marchés européens ont terminé sans direction, partagés entre les bons résultats de Philips et Julius Baer et les craintes liées à la reprise de l'économie mondiale.

Les indices européens ont évolué en ordre dispersé ce lundi. Des résultats solides, de Philips entre autres, et un regain d'espoir sur la relance aux États-Unis avaient pris le dessus à l'entame des échanges par rapport au retour en force de la pandémie sur le Vieux Continent. Mais les places européennes ont réduit la cadence en deuxième partie de journée, effaçant pour beaucoup leurs gains matinaux.

À la cloche, le CAC 40 parisien, victime comme à Bruxelles d'une panne de près de 3 heures, a reculé de 0,12%. Outre le marché parisien et bruxellois, les places d'Amsterdam, Lisbonne et Dublin, également gérées par Euronext, ont été touchées. La Bourse d'Oslo a, elle, été épargnée.

Le Dax allemand a perdu 0,42%. Séance plus difficile à Londres où le FTSE 100 s'est replié de 0,59%, pénalisé par la remontée de la monnaie britannique.

Philips (-3,97%) n' a pas profité du bond de 32% de son bénéfice au troisième trimestre. Ce sont principalement les activités d'équipements de santé qui ont alimenté les comptes du groupe néerlandais lors du trimestre écoulé.

Danone (+0,26%) a annoncé une revue stratégique pour revenir à son objectif de moyen terme de 3 à 5% de croissance rentable, un message apprécié sur la place parisienne. Il faut dire que le groupe agroalimentaire a vu son chiffre d'affaires décliner de 9,3% au troisième trimestre, ce qui a grandement accéléré son envie de revoir l'organisation du groupe et de réviser son portefeuille d'actifs.

Julius Baer a grimpé de 6,17% pour revenir tutoyer un sommet de six mois à la Bourse de Zurich. La banque privée suisse,  numéro un national de la gestion de titres, a montré de beaux signes d'amélioration de sa rentabilité sur les neuf premiers mois de l'année.

Le spécialiste suédois de défense Saab n'a pas eu la même chance. Son titre a chuté de 14,31% après la publication d'une perte brute d'exploitation sur la période juillet-septembre.

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés