Résultats d'entreprise très contrastés (débriefing actions européennes)

©BLOOMBERG NEWS

Des résultats d'entreprise en demi-teinte n'ont pas permis de rasséréner des investisseurs toujours inquiets pour la croissance économique. Un effet BCE a provoqué un petit sursaut en cours de séance.

Après une entame de séance en baisse dans la foulée de résultats d'entreprise en demi-teinte, les indices boursiers européens ont réduit leurs pertes à l'annonce de l'entame d'une réflexion de la Banque centrale européenne (BCE) sur une modification de son objectif d'inflation. Toutefois, les craintes pour la pérennité de la croissance économique ont persisté, les investisseurs cherchant à déceler, dans les résultats des entreprises, les signes des effets de la guerre commerciale. En clôture, les principaux indices boursiers européens ont reculé ce jeudi. Le CAC 40  a perdu 0,38%; le DAX  a cédé 0,92%; le FTSE 100  a abandonné 0,56%.

A 12h30, l'agence Bloomberg a révélé que la BCE étudiait la possibilité de passer à un objectif d'inflation "symétrique", c'est-à-dire une règle qui lui permettrait de tolérer une inflation plus élevée que 2% pendant un certain temps après une période où la hausse des prix a été plus faible que 2%. Cette perspective repousserait encore davantage un futur resserrement monétaire, déjà fort éloigné à cause de la récente décélération de la croissance économique et du tassement des perspectives d'inflation. Cette information a pesé sur l'euro et a limité le repli des actions.

Les annonces de résultats d'entreprise du jour ont été très contrastées. SAP  a chuté de 5,61% à Francfort, après avoir publié un bilan inférieur aux attentes au deuxième trimestre. Ses activités dans les logiciels dématérialisés en ligne ont ralenti, alors qu'il s'agit du meilleur vecteur de croissance de l'entreprise.

Par contre, Novartis  a bondi de 3,11% en Bourse de Zurich après avoir relevé ses prévisions. Le groupe pharmaceutique suisse a annoncé des ventes robustes au premier semestre, grâce à sa filiale Sandoz, spécialisée dans les médicaments génériques. Cela a permis d'éclipser une chute de 12% de son bénéfice au deuxième trimestre, due à la scission de sa filiale d'ophtalmologie Alcon. Novartis en a profité pour relever ses perspectives de ventes et de bénéfices pour l'année.

Le français Ubisoft  a bondi de 4,28% après l'annonce de ventes trimestrielles plus élevées que prévu.

L'allemand Hochtief  a plongé de 9,05% après avoir fait part de mauvais chiffres dans sa filiale australienne.

Publicité
Publicité

Echo Connect