Retour des craintes sur le commerce (débriefing actions européennes)

©AFP

Les indices boursiers sont repartis à la baisse parce que les Chinois ont émis de nouvelles exigences dans leurs tractations avec les Américains sur leurs échanges commerciaux. Les cycliques ont souffert.

Les investisseurs sont à nouveau inquiets au sujet des négociations commerciales entre les États-Unis et la Chine, ce qui a provoqué un recul des indices boursiers européens ce lundi. Après avoir conclu, vendredi dernier, un embryon d'accord commercial avec les Américains, les Chinois ont émis de nouvelles exigences ce lundi, selon des informations de l'agence Bloomberg.

Pékin souhaiterait préciser certains détails de l'accord et obtenir du président américain Donald Trump la suppression d'une hausse des tarifs douaniers prévue en décembre. Les investisseurs redoutent que le conflit commercial entre Chinois et Américains s'enlise à nouveau, ce qui contribuerait à ralentir davantage la croissance économique mondiale.

Parmi les principaux indices boursiers, le Cac 40  a perdu 0,40%, le Dax  a cédé 0,20% et le FTSE 100  s'est replié de 0,46%.

Les doutes entourant le commerce entre la Chine et les USA ont particulièrement affecté les valeurs cycliques. Et parmi ces actions sensibles à la conjoncture économique, ce sont celles des entreprises actives dans les matières premières qui ont le plus souffert, parce que la Chine est le plus grand pays consommateur de ces ressources de base. À titre d'exemple, ArcelorMittal  a baissé de 2,57%. L'action du sidérurgiste a, en plus, été affectée par une réduction de l'objectif de cours fixé par Citigroup. La banque américaine table désormais sur un cours de 22 euros pour ArcelorMittal d'ici un an, contre un objectif de 27 euros auparavant.

Les valeurs technologiques, également fortement liées au commerce mondial, ont aussi été délaissées. Le titre du groupe allemand Infineon Technologies  a reculé de 1,39%.

Le secteur bancaire a également souffert, à cause d'une reprise du mouvement de baisse des taux d'intérêt sur le marché des obligations, ce qui n'est pas de bon augure pour les marges des établissements de prêt. Parmi les valeurs bancaires sanctionnées, le groupe britannique Lloyds  a perdu 2,27% en Bourse de Londres.

Les valeurs pétrolières, comme Total  (-1,24%), ont également pris le chemin de la baisse à cause d'un recul du cours du baril. L'Arabie saoudite a dit avoir rétabli complètement sa production sur le site qui avait été touché par une attaque de drone le mois dernier.

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés