Retour en force de l'aversion au risque sur les marchés (débriefing actions européennes)

©REUTERS

Les marchés européens ont essuyé une vague de prises de bénéfices sur fond de polémique autour des livraisons de vaccins anti-Covid en Europe.

Les principaux indices actions en Europe ont clôturé en nette baisse, un regain d'inquiétude sur la situation sanitaire s'ajoutant à la prudence de mise avant les annonces de la Réserve fédérale américaine, le tout sur fond de déluge de résultats.

"L'aversion au risque que nous observons un peu partout sur le marché" ce mercredi est à mettre sur le compte du "stress par rapport à la question de la vitesse des campagnes de vaccination et des craintes pour l'économie au premier trimestre", relève Alexandre Baradez, analyste à IG France.

Le CAC 40 a perdu 1,16%, le Footsie britannique 1,30% et le DAX allemand 1,81%. L'indice Stoxx Europe 600 a de son côté lâché 1,16%. Seuls les secteurs des télécoms (+1,56%), de l'immobilier (+0,65%) et des médias (+0,53%) ont gardé la tête hors de l'eau.

À Paris, le titre LVMH a cédé 0,31% au lendemain de la publication de ses résultats trimestriels. Le numéro un mondial du luxe a fait état de ventes globales en baisse de 3% au quatrième trimestre, à 14,3 milliards d'euros. Mais les investisseurs retiennent surtout que la division clé de la mode et de la maroquinerie - qui compte des marques comme Louis Vuitton ou Christian Dior - a affiché une progression de 18% en organique. "Ces résultats sont susceptibles d'apporter un soutien supplémentaire à l'action et au reste du secteur mais la barre est désormais placée encore plus haut, ce qui fait que les publications à venir pourraient avoir du mal à séduire dans les mêmes proportions, selon nous", a réagi JPMorgan.

Dans le sillage de LVMH, Kering a reculé de 0,75% et Hermès de 1,82%.

Le premier opérateur télécoms néerlandais KPN (+2,19%) a enregistré un bénéfice ajusté avant intérêts, impôts, dépréciations et amortissements (ebitda) de 2,32 milliards d'euros en 2020, contre 2,29 milliards l'année précédente. Un résultat conforme aux prévisions des analystes. Le chiffre d'affaires a toutefois reculé de 3,9% à 5,275 milliards d'euros.

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés