analyse

Retour sur la folle année de Wall Street

©EPA

Les indices vedettes de la Bourse de New York ont fini 2020 à des sommets historiques après une année marquée par le plus court marché baissier jamais vu.

L'année 2020 a été une année folle pour Wall Street. Elle a été marquée par la fin du plus long marché haussier de l'histoire lors de la chute des actions due aux confinements liés au Covid-19, avant un rebond spectaculaire grâce aux espoirs d'une reprise économique. Cette remontée a ainsi mis fin au marché baissier qui restera sans doute pour longtemps le plus court jamais enregistré.

-9,5%
Chute du S&P 500 le 12 mars
La chute de 9,5% du S&P 500 le 12 mars est sa plus forte baisse en pourcentage en un jour depuis le crash du "lundi noir" de 1987.

Après avoir clôturé à un niveau record le 19 février, les actions ont chuté pendant un mois alors que la pandémie de coronavirus et les restrictions gouvernementales semaient la panique à cause des dommages causés à l'économie aux États-Unis et dans le monde.

La chute de 9,5% du S&P 500 le 12 mars, la plus forte baisse en pourcentage en un jour de l'indice de référence depuis le crash du "lundi noir" de 1987, a ramené cet indice 26,7% plus bas que son sommet de février et a confirmé un marché baissier, généralement considéré comme une baisse de plus de 20% par rapport à un sommet. Mais la glissade n'a duré que jusqu'au 23 mars, date à laquelle le S&P a atteint un creux. Il a ensuite dépassé son sommet de février le 18 août, marquant le début d'un nouveau marché haussier. Avec 23 séances de marché baissier, celui-ci a ainsi été le plus court de l'histoire.

La Fed à la manœuvre

Le S&P a clôturé 2020 jeudi dernier à un niveau record, tout comme le Dow Jones Industrial Average , avec des gains annuels de 16,3% et 7,2%, respectivement. Le gain de 43,6% sur un an du Nasdaq était le plus imposant pour l'indice technologique depuis 2009. Outre 2 milliards de dollars de relance budgétaire du gouvernement américain pour soutenir une économie en déclin, une des principales raisons du rebond des actions en mars a été l'adoption de mesures de relance monétaire par la Réserve fédérale (Fed), qui a annoncé une série de programmes pour soutenir l'économie.

Les actions énergétiques ont enregistré la plus faible performance de l'année.

Les mesures de la Fed ont maintenu les rendements des obligations gouvernementales américaines sous pression, rendant les actions plus attractives pour les investisseurs. Alors que les actions continuaient de se redresser et que les développements de vaccins devenaient plus prometteurs, les investisseurs ont commencé à se tourner vers des sociétés qui avaient surperformé historiquement à mesure que l'économie sortait de la récession, à savoir les petites capitalisations, et vers des secteurs cycliques tels que l'énergie, les matériaux, l'industrie et la finance.

Les titres cycliques, dont les actions "value", ont alors commencé à combler l'écart avec les valeurs de croissance. Si les actions "value" n'ont pas complètement repris le dessus, les valeurs technologiques ont enregistré les meilleures performances de l'année. Malgré le rallye de fin d'année, le secteur de l'énergie a enregistré la plus faible performance, et de loin, en 2020, tandis que la technologie et la consommation discrétionnaire menaient la hausse.

Tesla en pole position

Dans l'ensemble, l'incertitude et la peur liées à la pandémie ont fait de 2020 l'année la plus volatile du S&P 500 depuis plus d'une décennie, avec une hausse ou une baisse quotidienne de 2% ou plus de l'indice sur plus de 40 séances. En ce qui concerne la performance des actions individuelles, Tesla s'est emparée de la première place lorsqu'elle a été ajoutée à l'indice S&P 500 le 21 décembre. Elle a gagné 743% sur l'année.

25%
Part des particuliers dans l'activité boursière en 2020
Les investisseurs particuliers ont représenté jusqu'à 25% de l'activité boursière cette année, contre 10% du marché en 2019

L'impact du coronavirus a été évident, avec des actions qui ont bénéficié du confinement, comme le site de vente en ligne Etsy , dont le titre a bondi d'environ 300%, tandis que les valeurs du voyage ont subi le plus gros des dégâts, avec les opérateurs de navires de croisière Carnival et Norwegian Cruise parmi les pires performances. Tesla a été de loin le titre le plus échangé, avec près de 7 cents traités en moyenne chaque jour pour chaque dollar de son cours de bourse, selon les données de Refinitiv.

La montée en puissance des applications de trading à faible coût et faciles à utiliser a déclenché un afflux d'argent des investisseurs particuliers vers les actions et a contribué à alimenter le succès des levées de capitaux. Les investisseurs particuliers ont représenté jusqu'à 25% de l'activité boursière cette année, contre 10% du marché en 2019, selon le courtier Citadel Securities.

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés