Revers pour Euronext et Unibail Rodamco (Débriefing actions européennes)

Les Bourses européennes ont hésité durant cette séance. ©ANP

Euronext a vu son rival obtenir un feu vert pour le rachat de la Bourse de Madrid. Unibail Rodamco-Westfield a chuté alors que les commerces ne veulent plus payer leur loyer.

Les bourses européennes ont ouvert en recul mais ont terminé sur une hausse alors que Wall Street a rebondi sur des espoirs d'un vote de la Chambre des représentants  d'un plan de soutien à l’économie américaine de 2.000 milliards de dollars qui a été adopté par le Sénat mercredi en fin de soirée.

À Paris, le CAC 40 a pris  2,51%. À Francfort, le DAX s'est octroyé 1,28% et à Londres, le FTSE a avancé de 1,46%. L’EuroStoxx 50 de la zone euro a progressé de 1,7% et le Stoxx 600 de 2,55%. 

Du côté des valeurs, l'opérateur des Bourses de Paris, Bruxelles, Amsterdam, Lisbonne, Dublin et Oslo Euronext a chuté de 7,69% après quatre séances d’affilée dans le vert dont deux journées de forte hausse (+11,4% mardi et +16,3% mercredi). Le régulateur du marché espagnol CNMV a déclaré jeudi qu’il avait autorisé une offre de l’opérateur suisse SIX Group pour acheter l’opérateur de la Bourse de Madrid BME, pour lequel Euronext avait aussi exprimé son intérêt.

L’action Casino a avancé de 1,66%. Le distributeur a annoncé suspendre ses objectifs financiers pour 2020 et au-delà en raison des incertitudes sur l’ampleur de l’impact économique de l’épidémie de coronavirus. 

ABN Amro a perdu 3,68% après ses résultats. La banque a averti qu'elle enregistrerait une perte nette de 200 millions de dollars (183 millions d'euros) sur l'un de ses clients américains en raison de la volatilité des marchés liée à la pandémie de Covid-19. 

HelloFresh a terminé inchangé. Exane a remonté son objectif de cours à 32 euros sur le titre, et sa recommandation passe à "surperformer". Le distributeur d'ingrédients de repas en ligne profite de la fermeture des restaurants et des nombreuses "personnes qui restent à la maison".

Unibail Rodamco-Westfield a lâché 2,83%. Le titre a souffert de la volonté de certains commerces de ne plus payer leur loyer. Bloomberg Intelligence a calculé que le propriétaire de centres commerciaux a besoin d'au moins 22% de ses loyers pour rester à flot.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés