Sans soutien, les Bourses repartent dans le rouge (débriefing actions européennes)

©EPA

Les marchés européens ont essuyé des prises de bénéfices ce mardi, au lendemain de leur rebond. La Bourse de Milan a particulièrement attiré l'attention après la démission du Premier ministre italien.

Les principaux indices actions ont clôturé dans le rouge en Europe, reprenant leur souffle après leur bond de lundi. "Les inquiétudes autour de la dispute commerciale sino-américaine, de la possibilité d'une récession en Allemagne et des troubles à Hong Kong pèsent sur le marché. Tant que ces tensions ne se seront pas apaisées, les marchés actions risquent de ne pas vraiment monter", a expliqué David Madden, analyste chez CMC Markets UK.

La tendance a par ailleurs été plombée par le "risque italien": le Premier ministre Giuseppe Conte a annoncé ce mardi sa démission. Ce qui a provoqué une chute de la Bourse de Milan (-1,11%). Le Cac 40 a reculé de 0,50%, le Dax allemand de 0,55% et le Footsie britannique de 0,90%. De son côté, l'indice paneuropéen Stoxx 600  a lâché 0,68%.

Notons que tous les secteurs européens ont fini dans le rouge, les investisseurs délaissant tant les valeurs cycliques que les défensives: les utilities ont perdu 1,43%, les ressources de base 1,37%, l'immobilier 1,34% et l'automobile 1,28%.

Au niveau des valeurs, Pandora a signé la plus forte hausse en Europe (+10,42%). Le bijoutier danois a fait état de résultats meilleurs que prévu, ce qui suggère que le groupe est peut-être sur la voie de la reprise. Son excédent brut d'exploitation du deuxième trimestre a reculé de 13,7% à 1,29 milliard de couronnes alors que le consensus était de 1,33 milliard. Par ailleurs, Pandora a confirmé ses prévisions annuelles, à savoir un recul de la croissance organique compris entre 3% et 7%.

Des cessions d'actifs à tout va

Le titre Casino a pris 9,22% à la Bourse de Paris. Le groupe de distribution a annoncé avoir identifié en France de nouveaux magasins à céder d'ici au printemps 2021, pour 2 milliards d'euros. Ce qui devrait lui permettre de ramener sa dette nette à moins de 1,5 milliard d'euros à la fin 2020, contre 2,7 milliards fin 2018.

Le chimiste Bayer (-0,45%) a pour sa part annoncé la vente de sa division santé des animaux (Animal Health) pour 7,6 milliards de dollars à l'américain Elanco. Le groupe allemand va recevoir 5,3 milliards de dollars en numéraire et 2,3 milliards de dollars en actions d'Elanco. "Bayer compte se délester de sa participation dans Elanco en temps voulu", indique l'entreprise.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect