epinglé

Slack, ce jeu vidéo raté racheté 27,7 milliards de dollars

©AFP

Avant d'être une messagerie d'entreprises à succès, Slack était un jeu vidéo qui a rapidement connu l'échec. Sept ans plus tard, Slack est rachetée par Salesforce à 27,7 milliards de dollars.

La réussite de Slack va certainement donner des ailes à tous les aventuriers de la Silicon Valley. Sept ans après sa création, l'application de messagerie professionnelle vient d'être rachetée par Salesforce, sociétaire du Dow Jones depuis peu, pour 27,7 milliards de dollars.

Mais avant d'être une "Success Story", Slack était plutôt une succession d'échecs, comme le montre le parcours accidenté emprunté par l'actuel CEO de la boîte, le Canadien Stewart Butterfield.

Arrivé au plus forte de la bulle internet en Californie, l'homme se fait un nom en vendant en 2005 son entreprise Ludicorp à Yahoo. Cette société avait initialement développé une application de jeux vidéos multijoueurs. Le jeu n'a pas fonctionné et s'est mué en Flickr, un site de partage de photos qui a rencontré un certain succès.

Stewart Butterfield restera aux commandes de Flickr jusqu'en 2008. Il se relance ensuite en revenant à ses premières amours: les jeux vidéos. À 36 ans, il cofonde Tiny Speck pour éditer Glitch, un jeu vidéo coopératif et non violent qui n'est pas parvenu à attirer la foule. Un an après son lancement, le jeu est arrêté et Tiny Speck s'éteint. Momentanément, promettait alors Stewart Butterfield.

L'amour du jeu

L'application Slack est née des cendres de ce nouvel échec. La messagerie professionnelle, dont l'ambition est de tuer les échanges par courriels, a gardé quelques attributs de sa vie antérieure. Exemple avec Slackbot, le robot qui tient la main des millions d'utilisateurs quotidiens du service de messagerie. Son apparence et sa fonction sont identiques à un des personnages centraux de Glitch qui expliquait comment avancer dans le jeu.

Au niveau technique, Slack a également gardé les avancées de son ancêtre, notamment pour introduire des applications extérieures dans l'environnement de la messagerie.

+55%
Le bond de l'action Slack
Salesforce va débourser 27,7 milliards de dollars en espèces et en actions pour racheter Slack. C'est la plus grosse acquisition de son histoire. Les actionnaires de Slack recevront 26,78 dollars par action et 0,0776 action de Salesforce par titre Slack. Cela représente une prime de 55 % par rapport au cours de Slack le 24 novembre, moment où Salesforce a approché le groupe dirigé par Stewart Butterfield .

Le recours massif au télétravail ces derniers mois a logiquement renforcé l'audience de Slack. Lors de la dernière publication de ses résultats trimestriels, le groupe californien faisait état d'une hausse de son chiffre d'affaires de 49% sur un an pour les mois de mai, juin et juillet, à 216 millions de dollars. Très loin au-dessus des 12 millions de dollars dégagés sur l'ensemble de son premier exercice comptable ... il y a six ans.

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés