Publicité
Publicité

Société Générale brille dans le secteur bancaire

Société Générale a connu sa meilleure performance depuis 2016. ©REUTERS

Société Générale a tiré le secteur bancaire européen grâce à un relèvement de ses prévisions. BP a relevé son dividende. Prosus a fait les frais du nouveau recul de Tencent.

Les marchés d'actions en Europe ont terminé en légère hausse, faisant fi des inquiétudes autour d'un nouveau serrage de vis des autorités chinoises sur son secteur technologique. L'évolution de la situation sanitaire, avec la progression des contaminations au variant Delta du Covid-19, a eu un impact limité. Les résultats de sociétés ont une nouvelle fois animé la tendance. "Je ne pense pas que le marché se soucie autant du Delta que de son impact sur l'inflation", a noté Shana Sissel, directrice des investissements de Spotlight Asset Group.

"Les investisseurs doivent également faire face à des données économiques plus faibles que prévu, tandis que le variant Delta continue de se propager et de menacer les nations d'un nouvel impact industriel."
Pierre Veyret
Analyste chez ActivTrades

"Les investisseurs doivent également faire face à des données économiques plus faibles que prévu, tandis que le variant Delta continue de se propager et de menacer les nations d'un nouvel impact industriel", a souligné Pierre Veyret, analyste chez ActivTrades.

Le Bel 20 a pris 0,2%, l'AEX 0,25% et le CAC 40 0,72%. Le Dax a lâché 0,09% et le FTSE 100 a gagné 0,34%. L'Euro Stoxx 50 a avancé de 0,03% et le Stoxx 600 de 0,2%, touchant une nouvelle fois un record en séance.

2,8
milliards de dollars
Le bénéfice trimestriel de BP a grimpé fortement. Le groupe a annoncé lever son dividende.

Du côté des secteurs, le compartiment de l'énergie a bondi de 2,22% grâce à BP . La compagnie pétrolière s'est envolée de 5,64% après avoir relevé son dividende et intensifié les rachats d'actions à la suite d'une augmentation de ses bénéfices trimestriels à 2,8 milliards de dollars. Le secteur bancaire a gagné 0,93%, porté par les résultats meilleurs que prévu de Société Générale (+6,37%), Standard Chartered (+0,2%), et Bank of Ireland (+7,81%). Société Générale a même signé la plus forte hausse du CAC 40 et sa meilleure performance depuis 2016, grâce à une révision à la hausse de ses revenus pour l'année.

En revanche, le secteur du voyage a reculé de 2,64%, plombé par les craintes autour de la progression des contaminations au variant Delta. Le secteur technologique a perdu 0,6%, plombé par le recul des titres liés aux jeux vidéo et des fabricants de puces électroniques, en raison des craintes d'un durcissement de la régulation en Chine sur ces deux segments.

Du côté des valeurs, TeamViewer a dégringolé de 10,11% après un update sur ses résultats. Rotork a lâché 6,95% après l'annonce du départ de son CEO. BMW a perdu 5,16% après avoir indiqué que la pénurie des puces électroniques et la hausse des prix des matières premières vont peser sur ses résultats au second semestre. Infineon a reculé de 0,37% après avoir dit se trouver aux prises avec une tension extrême sur ses marchés. Le groupe a lancé un avertissement de l'impact des fermetures de son usine en Malaisie pour contenir la pandémie de Covid-19.

Prosus a chuté de 6,91%, dans la foulée du recul de Tencent. Le groupe détient près de 29% dans le géant technologique chinois, actuellement en délicatesse avec les autorités de Pékin.

Stellantis a bondi en revanche de 4,1% après avoir relevé ses prévisions pour ses bénéfices sur l'année.

GBL au record

À la Bourse de Bruxelles, GBL a gagné 1,79% et a dépassé 100 euros pour la première fois. Le titre s'est affiché en hausse depuis un certain temps et a bénéficié d'un coup de pouce supplémentaire depuis les chiffres semestriels et l'annonce (vendredi soir) d'un investissement dans les jeux mobiles.

"Le momentum s'accélère avec une amélioration du chiffre d'affaires et des marges, tandis que l'endettement de Greenyard est sous contrôle."
Guy Sips
Analyste chez KBC Securities

Sur le marché élargi, Greenyard a avancé de 2,61%. Le groupe a  clôturé la vente de Greenyard Prepared Netherlands et annoncé la fin de la joint venture Bardsley Fruit Enterprises, ce qui se traduit par une réduction de la dette nette d'environ 25 millions d'euros. "Le momentum s'accélère avec une amélioration du chiffre d'affaires et des marges, tandis que l'endettement est sous contrôle", a estimé Guy Sips de KBC Securities.

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés