"Tesla sera vendue d'ici un an"

©AFP

Le professeur de l'Université de New York, Scott Galloway, connu pour avoir prédit avant tout le monde le mariage Amazon-Whole Foods, est convaincu qu'un grand nom de la tech va mettre la main sur Tesla dans les douze mois qui viennent. Et le déclin de l'action du constructeur auto à Wall Street pourrait lui donner raison.

De puis son pic de 376,79 dollars atteint à la mi-décembre à la Bourse de New York, l'action Tesla  a fondu de 50% pour évoluer aujourd'hui sous les 190 dollars. Cette décote fait de la société d'Elon Musk une proie de choix à Wall Street. Scott Galloway en est convaincu. Ce professeur de la Stern School of Business de l'Université de New York n'a pas le profil d'un diseur de bonne aventure fugace. Il s'est fait un nom dans les salles de marché en prédisant le rachat du géant américain du bio Whole Foods par Amazon en 2017, une opération à 13,7 milliards de dollars qui a surpris plus d'un analyste

Même si la valeur de Tesla redescend de 35 à 17 milliards de dollars, il n'y aurait que très peu de candidats issus du secteur auto capables de suivre.
Scott Galloway
professeur de l'Université de New York

En mars dernier, Scott Galloway avait déjà attiré l'attention des investisseurs sur un possible rachat de Tesla. Depuis lors, Tesla s'est embourbé à plusieurs reprises avec les problèmes de livraison de la Model 3, la voiture censée ouvrir les portes du grand public au constructeur américain.

Ce jeudi, le patron de Tesla a envoyé un courrier à ses employés pour leur dire qu'ils étaient en passe de battre leur record de livraisons trimestriel. Une annonce qui n'a pas permis à l'action du spécialiste de la voiture électrique de mettre fin à six séances consécutives dans le rouge. 

-5 milliards $
L'impact de Tesla sur la fortune d'Elon Musk
La chute de l'action Tesla a déjà "coûté" cette année près de 5 milliards de dollars à Elon Musk. Un dégringolade qui a fait descendre le patron de Tesla de la 29e à la 46e place du classement des milliardaires établi par l'agence de presse financière Bloomberg.

Pour Scott Galloway, "les investisseurs sont en fin de compte lassés" par l'évolution en dents de scie de Tesla sur les marchés. Selon lui, "Tesla sera vendue d'ici un an, l'action retombera sous les 100 dollars dans les 12 mois et le groupe sera racheté parce qu'il aura toujours une valeur réelle intéressante". 

Les candidats au rachat 

Mais qui pourrait jeter son dévolu sur Tesla? Dans le secteur auto, la tendance est à l'électrification des véhicules. Un mouvement qui se réalise le plus souvent par des alliances, comme le récent rapprochement entre Renaut et Fiat-Chrysler. Toutefois, Scott Galloway exclut de voir un constructeur auto ouvrir son portefeuille pour racheter le champion de la Silicon Valley. "Même si la valeur de Tesla redescend de 35 à 17 milliards de dollars, il n'y aurait que très peu de candidats issus du secteur auto capables de suivre", précise le professeur Galloway. "Peut-être Toyota, peut-être Daimler Benz, mais ce serait un pari risqué", prédit encore Scott Galloway qui situe le prix de vente autour de 25 milliards de dollars en incluant dans le deal une prime aux actionnaires de Tesla. Exit donc les quatre grands constructeurs américains qui "n'ont pas l'argent". 

Selon lui, c'est un géant de la tech qui va remporter la timbale. Depuis plusieurs mois, des rumeurs persistantes placent Apple dans la "short-list" des candidats au rachat, mais pour Galloway, "les entreprises technologiques ne veulent pas aller dans une entreprise à faible marge". Le raisonnement s'applique aussi à Alphabet et Amazon, malgré l'intérêt récemment déclaré de Jeff Bezos pour l'industrie auto. Mais les grands noms de la tech américaine disposent du cash suffisant pour transformer le pronostic de Galloway en opération de l'année à Wall Street. 

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect