Toujours pas de bénéfices en vue pour Uber, l'action chute

Le CEO d'Uber, Dara Khosrowshahi, voit son entreprise engranger les bénéfices à partir de l'exercice 2021. ©REUTERS

Uber a fait état d'une perte nette pour son troisième trimestre 2019 malgré un chiffre d'affaires supérieur aux attentes. L'action a chuté de plus de 7% à l'ouverture de Wall Street.

Les investisseurs s'impatientent. Malgré l'augmentation de ses ventes, Uber   a vu sa perte augmenter au troisième trimestre. Le groupe a perdu 1,2 milliard de dollars de juillet à septembre, soit près de 200 millions de plus que l'année dernière.

Il faudra encore attendre deux ans pour entrevoir des bénéfices, ce qui semble avoir découragé certains acteurs des marchés. En Bourse de New York, l'action Uber chutait de plus de 7% en début de séance, à moins de 29 dollars. En avril dernier, le titre avait terminé sa première séance à Wall Street au-dessus des 41 dollars.

Le troisième trimestre a été plein d'enseignements pour le groupe technologique américain spécialisé dans les services de transport. Il a vu son nombre d'utilisateurs augmenter tout comme le nombre de trajets enregistrés par son service de voitures avec chauffeur, ce qui s'est traduit par une hausse de son chiffre d'affaires. Il s'affiche au troisième trimestre à 3,8 milliards de dollars contre 2,9 milliards un an auparavant. Les suiveurs de l'action Uber misaient sur un chiffre d'affaires ne dépassant pas les 3,4 milliards de dollars.

Le patron d'Uber, Dara Khosrowshahi, s'attend à ce que cette tendance se confirme pour le dernier trimestre 2019, de quoi réduire quelque peu sa prévision de perte pour l'exercice en cours. Elle devrait se situer entre 2,8 et 2,9 milliards d'euros. Avant cela, Uber chiffrait sa perte opérationnelle à 250 millions de dollars de plus. 

Pour le CEO d'Uber, les premiers bénéfices sont attendus en 2021, une prévision qui fait écho à celle délivrée par son concurrent Lyft qui estime devenir profitable au quatrième trimestre 2021. 

Côté livraison de repas, Uber semble perdre du terrain dans un environnement extrêmement concurrentiel. La hausse des revenus de la division Uber Eats, +73% sur base annuelle, est moins forte qu'attendu par le marché. Une fois les résultats d'Uber publiés, Dara Khosrowshahi n'a pas caché son envie de rationaliser les coûts dans cette division.  

Uber peine à convaincre le marché qu'elle peut parvenir à la rentabilité. Ses coûts totaux sont passés de 3,7 milliards de dollars il y a un an à près de 5 milliards sur le trimestre écoulé, notamment à cause des dépenses en marketing pour rester le leader du secteur malgré la compétition d'autres sociétés, dont Lyft. L'entreprise a supprimé plus de 1.200 emplois depuis juillet, dans le marketing, l'ingénierie, mais aussi son service de livraison de repas Uber Eats et les services de technologies de voitures autonomes.

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés