UBS et Linde alimentent le rebond en Europe (Débriefing actions étrangères)

©Photo News

Les marchés européens ont rebondi ce mardi, effaçant une partie de leurs pertes des deux séances précédentes. Les rapports trimestriels des entreprises ont animé la séance.

Les Bourses européennes sont parvenues à avancer ce mardi, les publications de solides résultats d'entreprise prenant le dessus sur la crise sanitaire et les craintes d'une reprise de l'économie plus pénible qu'espérée.

À Paris, le CAC 40 a gagné 0,93%. Le FTSE londonien a pris de son côté 0,23% et le Dax de Francfort a glané 1,66%.

Les grands indices, notamment le Dax, ont conforté leur avance après la publication des nouvelles prévisions du FMI un peu plus optimistes que les précédentes anticipations.

Des bulletins trimestriels meilleurs qu'attendu ont encouragé la prise de risques. Exemple avec Linde (+3,54%). Le spécialiste allemand du gaz industriel a revu à la hausse sa politique en matière de distribution de dividende et a annoncé un plan de rachats d'actions de cinq milliards de dollars.

Dividende et rachats d'actions ont aussi profité à la banque suisse UBS (+2,40%) qui a fait état de bons chiffres trimestriels. La bonne santé d'UBS a déteint sur tout le secteur bancaire européen. Société Générale (+2,37%) et BNP Paribas (+1,84%) ont figuré parmi les plus belles hausses du jour sur le marché parisien tandis qu'à Londres, HSBC (+0,53%), Lloyds (+1,70%) et Barclays (+1,69%) étaient également dans le peloton de tête. Outre-Rhin, Deutsche Bank (+1,89%) a aussi profité des résultats meilleurs que prévu publiés par sa rivale suisse UBS. Commerzbank a pris pour sa part 2,80% à 5,65 euros.

Dans le rouge, le groupe aéronautique britannique Rolls-Royce a lâché 1,71%. Le motoriste a revu à la baisse ses prévisions de reprise du marché de l'aviation commerciale. Il a même donné des sueurs froides aux investisseurs de la Citi en évoquant une consommation de trésorerie supérieure aux estimations.

Novartis a abandonné 2,09%. Le laboratoire suisse a déçu la cote avec les sombres perspectives annoncées en marge de ses résultats annuels, le groupe n'espérant un retour "à la normale" que mi-2021.

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés