Publicité

Un contrat en or fait chauffer le titre de Rolls-Royce

En lutte pour sa survie depuis le début de la crise sanitaire, le motoriste Rolls-Royce vient de signer deux contrats qui allégeront considérablement son endettement. ©Bloomberg

Le rebond des actions européennes s'est poursuivi non sans mal ce lundi avec la remontée des prix du pétrole. À Bruxelles, la banque KBC a brillé de tous ses feux.

Après une ouverture en nette hausse, les indices boursiers européens ont lentement réduit leurs gains initiaux, terminant la séance en ordre dispersé.

La tendance était soutenue par la montée des valeurs pétrolières, très en vue avec un baril de Brent qui a grimpé à son plus haut niveau en trois ans. À Paris, TotalEnergies a pris plus de 3% et Shell près de 5% à Londres.

Mais la hausse des prix de l'énergie, due notamment à des tensions sur l'offre de l'or noir dans le monde, a dans le même temps refroidi les ardeurs des investisseurs.

80
dollars le baril
Il faut remonter à octobre 2018 pour retrouver un baril de Brent au-dessus de 80 dollars.

Avec un baril qui se rapproche des 80 dollars, ces derniers craignent une aggravation de la situation, d'aucuns présageant même une crise énergétique qui pourrait paralyser la croissance mondiale à un moment où les marchés se préparent à une diminution des mesures de soutien des banques centrales.

Le Nasdaq se dégonfle

À la cloche, les principaux indices européens ont terminé en petite hausse. Le DAX , rassuré par le dénouement électoral en Allemagne, a grappillé 0,27%. Le Bel 20 , bien aidé par la grimpette de KBC, s'est octroyé 0,93%.

Le Stoxx 600 Europe a fait quelques allées et venues de part et d'autre de l'équilibre, se fixant en clôture très légèrement dans le rouge. L'indice paneuropéen a gagné 0,3% sur l'ensemble de la semaine dernière après trois semaines consécutives de repli, mais cède encore un peu plus de 1% depuis le début du mois de septembre. Avec un gain d'un peu plus de 16%, son bilan depuis le début de l'année est plus réjouissant.

À Wall Street, la tendance était mitigée à mi-séance. Les valeurs cycliques soutenaient la progression du Dow Jones alors que le repli des techs pesait sur le Nasdaq .

Double bonne nouvelle pour Rolls-Royce

En tête des actions européennes ce lundi, Rolls-Royce a vu son titre grossir de plus de 11% sur la séance. Le champion britannique de l'aéronautique a été choisi par l'armée de l'air américaine pour motoriser la flotte des bombardiers B52.

"Il s'agit d'une bonne victoire (pour Rolls-Royce) qui devrait fournir un confort supplémentaire aux prévisions de consensus à plus long terme."
Andy Douglas
Analyste - Jefferies

Cet accord, dont le montant initial est estimé à 500 millions de dollars sur six ans, pourrait atteindre à terme les 2,6 milliards de dollars. Plusieurs suiveurs, dont les analystes de Morgan Stanley, ont revu à la hausse leurs ambitions pour le titre Rolls-Royce, une action qui est à présent revenue taquiner ses niveaux de mars 2020.

Chez Jefferies, on note que ces nouveaux moteurs permettront aux bombardiers de voler jusqu'aux années 2050. Ce qui fait dire à l'analyste Andy Douglas, qu'il s'agit d'une "bonne victoire qui devrait fournir un confort supplémentaire aux prévisions de consensus à plus long terme, ce qui est positif pour le sentiment".

Rolls-Royce a aussi prévenu la cote qu'elle avait trouvé repreneur pour sa filiale espagnole ITP Aero pour 1,7 milliard d'euros. Une vente qui fera le plus grand bien à la trésorerie du motoriste.

KBC retrouve un fan

Sur le Bel 20, l'action KBC (+4,85%) n'a pas lâché un instant les commandes de l'indice bruxellois. Alors que les titres du secteur profitent de la hausse des rendements obligataires, le bancassureur a vu Kepler Cheuvreux revenir en force sur le titre. Le broker relève ses prévisions de bénéfices pour KBC pour les deux prochaines années.

Ekopak, un des nouveaux venus sur le marché bruxellois en 2021, était attendu au rapport pour ses premiers résultats publiés depuis son introduction en bourse.

Hors Bel 20, Ekopak (+1,62%), un des nouveaux venus sur le marché bruxellois en 2021, était attendu au rapport pour ses premiers résultats publiés depuis son introduction en bourse en mars dernier. Des chiffres contrastés montrant une forte baisse du chiffre d'affaires et une belle montée de son résultat net, mais qui ont tout de même impressionné les analystes de KBC Securities.

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés