Un fonds veut contrer le raid de Veolia sur Suez (débriefing actions européennes)

©REUTERS

Excepté Francfort, les marchés européens ont repris leur marche en avant. À Paris, comme souvent depuis un mois, le feuilleton Veolia-Suez a connu un nouveau rebondissement avec l'arrivée d'un chevalier blanc.

Les espoirs d'un nouveau plan de relance aux États-Unis couplés à des indicateurs montrant le raffermissement de la reprise en zone euro ont alimenté la bonne humeur des investisseurs européens ce jeudi.

Cela faisait plus de deux ans que l'Europe n'avait pas connu d'aussi beaux PMI pour le secteur manufacturier montrant une accélération de la reprise de l'activité en zone euro. Mais outre-Atlantique, le même indicateur montrait des signes d'essoufflement, ce qui a ralenti les indices européens en deuxième partie de séance.

La Bourse de Francfort, sonnée par l'avertissement de Bayer, n'a pas pleinement profité des statistiques domestiques flatteuses. Le Dax a reculé de 0,23%. A l'inverse, le CAC 40 parisien et le FTSE 100 londonien ont progressé de 0,43% et de 0,23%. Le Stoxx 600 Europe a connu la même trajectoire, montant de 0,20%.

Le groupe allemand Bayer a donc plongé de 13,07%, plus forte baisse du Dax. Il a prévenu le marché la veille qu'il allait devoir encore plus se serrer la ceinture, notamment en raison des piètres résultats de son activité d'agrochimie.

Nouvelle tuile pour Rolls-Royce (-10,15%). Le motoriste a fait fuir les investisseurs après l'annonce d'une levée de fonds de cinq milliards de livres, dont deux milliards auprès de ses actionnaires, pour renforcer son bilan.

Toujours à Londres, c'est le vélo qui a retenu l'attention de la cote, et plus particulièrement Halfords (+31,48%), le groupe d'entretien et équipements de vélos a vu ses ventes exploser grâce à la ruée des Britanniques sur les deux roues ces derniers mois de crise sanitaire.

À Paris, un chevalier blanc est venu ajouter son nom au générique du feuilleton Veolia-Suez. Le fonds français Ardian a fait part de son "intérêt" pour racheter 29,9% du capital de Suez (+2,18%) à Engie. La filiale de l'énergéticien, cible d'une OPA de Veolia depuis un mois, voit enfin un allié venir contrer le raid de son concurrent.

La veille, Veolia avait une nouvelle fois tendu la main sans succès à Suez, en relevant le prix de son offre, énième développement dans un feuilleton qui agite la place de Paris depuis un mois.

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés